Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 09:55
Vinasse.jpg


Eh voui... quand on veut m'atteindre, la première et fière injure qui vient à l'esprit des gens qui pensent en avoir, de l'esprit,  c'est: "Vinasse!"...  ou "Pauvre Vinasse"...
C'est dire si ces cerveaux de taille imposante ont de la ressource! Jusqu'à plus soif !

C'est dire aussi si cela devient lassant de traiter ces personnages importants de crétins, de prétentieux, d'ignobles pas classés ni classieux, d'abus de la bien-pensance, de rebuts de la vie courante, de résidus de la blogosphère, de tournicotons de la réflexion, de çi...de là..., de cahin-cahas de la pensée moderne, bref de cons...

J'en ai encore croisé un dernièrement sur un blog ami, un vrai manipulateur de surcroit!
Un matamore en fait, un faiseur de petits moulinets de basse cuvée, un crieur de cave abandonnée, un cireur d'escaliers...

Ces nouveaux riches, la modernité d'internet les dépasse au point de leur faire croire qu'ils pourraient grâce à elle devenir intelligents, passer pour des gens de bonne compagnie, des érudits en quelque sorte... rien qu'en copiant, recopiant, vidéotant, you-entubant les gens passant par là.

Ils tombent de haut à vrai dire, ce ne sont que des marchands de boulons...

Rien ne devient plus chiant actuellement que les blogs à visée culturelle, intellectuelle, littéraire...

✄---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Une saine vérité qui me sied parfaitement découverte chez une amie:

Rien n'est plus sot que de traiter avec sérieux de choses frivoles ; mais rien n'est plus 
spirituel que de faire servir les frivolités à des choses sérieuses.
ERASME, Éloge de la Folie.


Et pour finir, dans le vinas cette fois, au masculin donc, un dernier hommage au jeu de mot pourri et au noble calembour qui sont la joie des simples d'esprit, qui les avalent avec tendresse et délicatesse:


trader-joes-vinas-chilenas-cabernet-sauvignon.jpgJe suis né au Chili maman était au lit et mon Papa
auchi,
mais il n'y resta pas car maman le tapa et Papa
s'épata (Ah !)
il lui dit : le fait est que nous allons fêter l'enfant
que je t'ai fait.
"Il but tant de pots tôt qu'il buta à un poteau, et
typez le topo : Maman dans le coma, papa dans
le moka et moi ne comme aquo :
tout noué tout ténu, tout menu et tout nu, né tout
nu ça nous tue
car de mon corps palot le soleil bouffait la peau
sans vous belle Paula qui de vos mains de fée en
cette fin de mai me graissates le dercheme.
...Et je veux rendre à ma façon grâce à votre
graisse à masser.
Votre saindoux pour le corps c'est ce que mes vers
pour l'âme sont.
De tout ce qu'à ma peau me fites, combien fus-je
épaté de fois !
Combien à vous qui m'épatates mon bon petit cœur
confies doit !
Absolument pas liée à vos voisins de palier, mais
m'entendant piailler à poil sur la terrasse sans
chapeau tête rase sans que je m'arrêtasse
enjambant le balcon en un radical bon vous
traitates d'un saleton : ma mère dans le coma,
mon père dans le moka qui me laissaient comaco.
Sortant je ne sais d'où un morceau de saindoux
vous massates soudain ma peau pietre de vos
froids doigts sans rides, vos belles mains;
c'est de vos si jolies phalanges ouatées
que vous m'avez oté au citron et aux mich' (oui)
...De tout ce qu'à ma peau me fites, combien
fus-je épaté de fois !
Combien à vous qui m'épatates mon bon petit cœur
confus doit !
...Et j'ai rendu à ma façon grâce à votre graisse
à masser.
Votre saindoux pour le corps c'est ce que mes vers
pour l'âme sont.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vinosse 09/04/2010 12:10



 


Moi j'rêve pas à des conneries pareilles...


 


Moi mes cauchemards c'est du vrai, du dur !!!



ZOE 09/04/2010 10:09



ça se fait toujours le collage du vin avec du sang ?   Monsieu' Véritosse ! ....


Mais je crois que ça se faisait avec du sang de boeuf , non ? ......


Donc , pas avec du sang de cheval , alors ....... Bizarre ! .....



ZOE 09/04/2010 09:30



Ouaih ? ! Vinosse .... Et pourquoi pas Véritosse ? .....


Parceque : " In Vinosse Véritosse ! " ......


Heu , à propos , M'sieu Véritosse ! est-ce que vous étes végétarien ? ....


Je me demande ça parceque j'ai fait un réve bizzarre c'teu nuit ....


J'ai révé d'un gros Monsieur qui coupait les chevaux en deux dans le sens de la longueur et puis y mettait les têtes sur une table et il invitait des gens et tous ensemble ils mangeaient des
cerveaux de cheval mort et cru comme ça et en fait


Je me suis demandée si ce n'était pas vous . Alors je vous demande si vous étes végétarien . Mon réve se passait à la campagne . C'était Noél et les gens mangeaient ces têtes de chevaux et
c'était assez dégueu en fait ..... C'est bizarre parceque je vois pas le rapport avec vous . Peut-être la couleur du vin .C'est vrai , je trouve que souvent le vin ressemble à du sang de cheval .


Du sang de cheval mort qui coule comme ça d'une bouteille à un verre et puis on boit ce jus de sang mort .... Le monde est bizarre , Monsieur Véritosse .....


Bon , moi je préferre la Méscaline . C'est un joli mot "Méscaline" , on croirait un prénom : Méscaline ! reviends mon amour ! je suis végétarienne .....


Dans végétarienne il ya hiénne ou haine : végétar-hiénne , végétari-haine ....


J'ai fait un autre réve bizare , Monsieur Véritosse , mais bon ....


Une autre fois peut-être .....



Zoë 26/02/2010 22:40


Je sais, tu es une crême ... de cassis ?


Vinosse 18/02/2010 08:27


Chère Zoe, je n'ai pas mauvais caractère, ni ne suis rancunier...

Un ange chez les bouseux...