Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 10:06

 

Et le Temps passe...

 

RP3.jpg

 

Le temps qui passe ?


RP.jpg


Où çà ????


RP5.jpg


Au bord de la Route ?


RP2


Dans les allées de vigne ?


RP4


Mais ce ne sont que des fleurs fanées...


RP1.jpg


Des pissenlits en graines...    


RP7


Rien que du Naturel!


RP6.jpg


Le Temps qui passe

Qui passa

Qui a passé


Qui a pas su...

Ou qui n'a pas pu savoir,

Comme moi.



Ram-1.jpg

 

Enfant j'ai longtemps guetté tous les jeudis le retour de mon père avec mon Tintin tout neuf à la main. Il n'a jamais voulu m'abonner car je crois que ça lui aurait ôté une occasion de partir en ville, fuir son boulot de paysan et ma mère qui gueulait sur tout et en particulier sur cet argent dépensé dans un journal inutile qu'il ne lui viendrait même pas à l'idée d'ouvrir...

Lire était un interdit chez elle.


Dès fois le Tintin avait perdu sa bande de sécurité qui le maintenait plié en deux et je me doutais que le vieux n'avait pas résisté.


Mais d'autres fois il ne l'avait pas avec lui ... 

Pas de Tintin aujourd'hui! Ou alors demain...  Ou Samedi...  Ou alors il allait voir avec le buraliste pour en commander un autre parce que y'en avait plus...  

En attendant j'étais malheureux... très malheureux...


Quand au dos de couverture c'était une page avec Mortimer dans "SOS MÉTÉORES", qu'on en était au début, que Mortimer suivait une histoire de voiture, d'accident sous la pluie, de Toussus le Noble, de vieille concierge acariâtre et qu'il venait d'entrer par effraction dans une drôle de propriété et qu'il avait respiré des gazs mortifères et qu'à la dernière case on voyait émerger dans le vert trois silhouette noires et triangulaires avec chacunes trois ronds plus clairs au milieu...

Brrrrrrrrrr......... (page 23)


J'ai dû attendre 2 semaines avant de pouvoir savoir et poursuivre...

(oui, c'était l'époque des histoires à suivre...)


Ces affreux pissenlits décharnés, avançant sur moi dans le contre jour me font revivre cet horrible drame ...



 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mon chien aussi 10/05/2010 20:27



Commentaire de Zoë... pffff... tu lis même pas...



Vinosse 10/05/2010 20:28



Pas prêté d'importance !!!!


 


Chef!



mon chien aussi 10/05/2010 19:31



Vinosse, Pommaux c'est d' la merde en branche !!!


Jolis pissenlits... j'aime vraiment la photo 9... Tu donnes à voir, même si tu veux pas. C'est comme ça. et si ça t' plaît pas, prends plus d' photos.



Vinosse 10/05/2010 20:18



Pommaux ????


 


J'comprends pas!



jibé 05/05/2010 20:45



donc j'arrive après le temps des pissenlits, le temps passé du pissenlit, le temps passe et le pissenlit trépasse, comme quoi, hein...


très belles, vos photos pour tenter de le fixer, le temps. Et puis ça marche pas.



Vinosse 06/05/2010 07:12



Vous arrivez sur le tard...


 


Mais c'est toujours dans l'temps!



Zoë 05/05/2010 16:44



Les pissenlits en graine, c'est ce que je préfère. Peux pas tout te raconter mais j'ai une longue histoire avec eux qui inclut un joli livre d'Yvan Pommaux, livre pour enfant qui s'appelait
"où vont les pissenlits quand le vent les emporte". Photos très joulies



Vinosse 05/05/2010 19:15



Heureusement qu'elles sont faites...


 


Le vent et la pluie les ont déplumés.



Isa 04/05/2010 16:48



Encore merci, c'est très joli. Y'a juste un problème : Retrouver une icône dans un édredon d'écumes de pissenlits...autant chercher une aiguille dans une botte de foin!



Vinosse 04/05/2010 19:45



Le modèle "Toujours" est facile à trouver vu ses bavardages incessants.