Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 10:35

 

 

PACIFIQUE.jpg

 

(Bois gravés signés Drœsbeck, suite ...)

 

 

Je viens de me procurer, directement par internet (!), un livre d'entretiens entre Claude LÉVY-STRAUSS et Georges Charbonnier paru très récemment  aux éditions Les Belles Lettres, mais issu de textes enregistrés vers 1959 sur la radio RTF !

 

J'ai connu l'information grâce au site Marianne 2 et surtout grâce à l'annonce faite de cette parution par un journaliste dont j'ai oublié le nom et que, malgré que je le remercie ici de cette information, je n'en ferai conséquemment aucun louange !

 

Je vous explique: visiteur occasionnel du site je n'ai eu l'attention attirée que du seul et unique fait que l'on y parlât (c'est devenu très à la mode, le subjonctif !) de mon maître en paroles subtiles et fines: Claude Lévy-Strauss.

J'ai toujours apprécié cet homme et son élégance aristocrate dans le texte, quand il parle ou qu'il écrit, non seulement je comprends tout, tout de suite, mais en plus j'en ressors avec le sentiment de la hauteur ...

J'ai toujours envié son parcours intellectuel, son éducation mentale et morale, moi qui n'eus pas cette chance et qui ne connus très jeune que la profondeur et la saleté du fossé et les méthodes de déraisonnement qui y sont attachées.

 

Donc, il fallait que je sois bien accroché au style de pensée Lévy-Straussanien pour passer au-delà de la présentation critique du bouquin faite par le "sus-non-nommé" qui se résumait à ceci:  "on nous annonce dans ce livre un condensé de la pensée et des théories du maitre, en fait il ne s'agit que d'une discussion sur l'art de nos contemporains, plus ou moins récent."

 

Franchement quel imbécile ! Quel crétin ! Quel ... le lexique des injures lui convenant est infini !!!

C'est dire l'ignorance de ce gratte clavier et c'est dire qu'on laisse à n'importe qui le soin ô combien délicat de tagger les murs des indifférences de desseins d'un très mauvais goût.

 

Claude LÉVY-STRAUSS enquêta parmi les plus anciennes sociétés humaines en se servant principalement de leurs représentations picturales, de leur art graphique autant et avant même que d'écouter leurs histoires transmises par la parole. Il fut leur premier critique d'art, si l'on peut dire !!!

Alors un livre qui nous apporte les réflexions d'un ethnologue sur l'art de notre siècle ne peut qu'être que le condensé de sa pensée la plus actuelle ...

 

Je viendrai vous en parler quand j'aurai fini de le lire ...

Mais je sais pas quand !

 

LEVY_STRAUSS.jpg

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

      

Claude Lévy-Strauss.

 

Il va sans dire mais je le dis :  ce texte pourrait être de moi si je possédais ce même esprit de synthèse.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

jo le cactus 24/12/2010 19:01



t'as pas rêvé d'être une hôtesse de l'air ? c'est pas trop tard ! tchin !



Vinosse 25/12/2010 08:36



Bien vu, très juste, farpai !



ArD 16/12/2010 18:30



Vous donnez une parfaite illustration de ce qu'est l'ethnographie, qui me semble mieux qualifier letravail de C.L.V. que la critique d'art...Merci pour cette référence, on attend la suite.


(Dans le goût pour les entretiens retranscrits, je vous verrais bien lisant Propos d'un emmerdeur d'Étiemble.)



Vinosse 19/12/2010 19:19



J'ai peur que vous ne compreniez pas l'essentiel de mon commentaire. C'est à partir de son étude des arts primitifs que CLV a ... Donc son avis sur l'art plus récent est particilièrement
intéressant, puisqu'il fait fi des contingences obtuses de la critique moderne.


 


J'ai jamais rien lu d'Etiemble ...  C'est le titre qui vous a semblé pertinent ?


 



Sophie K. 03/12/2010 23:26



@ Martine : ben c'est... j'sais pas trop, en fait. C'est bizarre, en tout cas. Pour E P, je le connais personnellement, c'est un type vraiment très gentil, très enthousiaste, sérieux, et qui
croit à fond dans ce qu'il fait. (Je déconne pas, vu que comme tu le sais sûrement, côté escrocs, j'ai bien donné, mouhahahaha !)(Maintenant, je demande aux gens leurs papiers et leur numéro de
sécu, avant un interrogatoire d'une heure la lampe dans la figure.)(Ou quasi.)(Bref.)



Martine 03/12/2010 18:56



Tsss, soyez curieux et puis une voisine pour vous, je pensais que vous en seriez heureux,  heureux de comprendre pourquoi l'on vous expédie radius, cubitus ou humérus ...Sans parler des
reflets miroirs, feuilles mortes et jeu d'ombres.


Enfin bon bref, bonne soirée



Vinosse 03/12/2010 18:59



Lève le voile, Fatima.



Martine 03/12/2010 18:21



Bonsoir Vinosse,


Un lien pour poursuivre votre thème,


http://fanal-safran.over-blog.com/article-blues-for-nina-simone-61500775.html


 


 @+ :)



Vinosse 03/12/2010 18:41



Ah.......  Bonjour Simone ....