Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 10:01

milleetunenuitscouv.jpg

 

La plus belle couverture d'album que j'aie jamais vue...et rêvé dessus...

 

Aujourd'hui le rêve n'est plus possible, il est quasiment interdit. Rêver ne rapporte rien ! L'autre boue du monde est à notre portée, sur nos pieds, impossible de s'en extraire ou de croire que d'un vol d'ailes du désir on puisse s'en éloigner.

Même les substances n'hallucinent plus, c'est dire... Tout est importé au moindre coût, tout se jette très vite après essai, rien ne vaut d'être gardé en mémoire...

 

On a les Génies qu'on peut.

 

Gauguin-Cat-300-100a.jpg

 

J’ai comme des Poux dans la Tête...

         A l’affût derrière des vignes en rangs ou dissimulé sous un pommier à compter et recompter les petites pommes rousses à terre et pourries, voilà l’état préparatoire qu’il fallait pour mes grandes découvertes!

 

 Marie-Rose et quelques unes de ses amies, deux en ce cas, viennent  nous rejoindre, moi et l’Obscur.

 J’aime l’entendre, plus que ses aides, sourire en parlant!

 C'est donc  pour l’entendre que je reste debout au pied de mon arbre et que je garde la main gauche en suspension sur une de ses branches les plus pourries...

 

  L’Obscur parle à la place et beaucoup plus fort que Moi...

  Il engage toutes les conversations auxquelles j’avais pensé avant Elles...

  Il occupe tout l’espace que je m’étais gardé, il n’en fait qu’à sa tête qui n’a pas d’existence connue, il propose tout ce dont je ne peux disposer, il donne envie de continuer quand moi je voudrais arrêter...

 

   Il fixe des rendez-vous, il émet l’idée de retrouvailles ou ensemble nous nous pourrions nous reconnaître tels que nous nous étions croisés un jour...

         Grâce à lui je garde l’espoir de nous savoir réunis...

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chr.Borhen 18/09/2010 13:03



Je viens seulement de comprendre le choix du prénom Marie-Rose... Faut dire que j'ai la cervelle lente... Honte à moi !



Vinosse 18/09/2010 13:37



 


Je suis pas sûr qu'en 71 je connaisse le shampoing anti lents...



Sophie K. 14/09/2010 20:37



Ben oué. Moi j'me soigne beaucoup par la peinture, j'avoue.


Tiens, à propos d'art, t'as lu ce que Debord disait sur la destruction du langage ? J'ai pensé à toi en le recopiant...



Vinosse 14/09/2010 20:40



Oui j'ai lu... en vitesse... faut que je recommence...



Sophie K. 14/09/2010 20:32



Tu devrais prendre un truc homéopathique pour te détendre avant de dormir. Et essayer de ne plus penser au passé (je sais, facile à dire, mais bon, ce qui est fait est fait, et ce qui ne l'est
pas reste à faire). Et puis songer à reprendre tes pinceaux. Je t'emmerderai jusqu'à ce que, t'es préviendu...


:0)



Vinosse 14/09/2010 20:34



J'ai arrêté l'pinard, trop homéopathique...


 


Pour le reste t'as raison...


 


 



Sophie K. 14/09/2010 20:22



Mouhahahahahahaha !



Vinosse 14/09/2010 20:25



Tu déconnes! Je me réveille toutes les nuits suffoqué par mes rêves de cadavres secs ou pourris, de squelettes de mon passé et toutes ces genres de choses là...


 


Si c'est à cause de l'automne qui vient, merdalore...



Sophie K. 14/09/2010 18:57



Tu dors ? :0)



Vinosse 14/09/2010 20:18



Non...  pas motivé...