Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 08:19

 

      

 

 

MANHATTAN.jpg

 

(Drœsbeck, toujours ...)

 

 

Plutare ... alors:

 

Si l'échange très rapide que permet internet aide à la manifestation de la liberté individuelle et au retour  de l'estime de soi parmi les populations privées de parole des pays musulmans, cette rapidité que n'importe qui peut utiliser à sa guise n'apporte rien de bon pour la création artistique et littéraire en particulier. Le pire étant qu'elle étouffe dans l'œuf toute nouvelle naissance possible  d'un talent supérieur, de cette hauteur spirituelle dont malheureusement l'intelligentia se goberge en permanence pour rabaisser l'autre à tout bout de champ…

 

Par exemple, Franz KAFKA qui eut pourtant beaucoup à  souffrir de ses contemporains, du moins de son entourage pas toujours assez éveillé ni attentionné pour lui ( famille Samsa), n'aurait aujourd'hui absolument aucune chance d'exister. Aucune appétence à inventer sa propre littérature. Les conditions de son génie artistique lui seraient ôtées dès l'instant où il chercherait à les partager avec d'autres, si ce n'est à communiquer dans une sorte d'intimité hasardeuse dans l'im-pertinence du choix de ses propres admirateurs, laissé au hasard en quelque sorte…

 

Le pire étant que les auteurs de ce génocide créativitif (?) sont ceux qui se posent comme les protecteurs-instigateurs de ce "supposé meilleur" pouvant exister.

On peut penser que cela est involontaire, que cela n'est que du dégât collatéral, mais en vérité cela fait partie du mystère de la relation entre les personnes et de la relation que ces personnes ont avec le sentiment du beau intimement lié au connu et à l'approuvé.

 

La solitude est donc le meilleur moyen d'exploiter sa subjectivité, de la magnifier et de l'exposer à l'autre. Aux autres !  Vu que des subjectivités il en existe pratiquement autant que d'êtres vivants mais que la très  grande majorité d'entre elles se copient  en pratiquant cet échange inhérent aux sociétés démocratiques et permissives, aidant en cela la création artistique.

 

Très fréquemment on trouve n'importe quoi en matière d'arts, comme dans les cantines  ou restaurants de collectivités, on y a le choix !  Cela manque de goûts particuliers autant que de salmonelles ou de staphylocoques dorés, ainsi on croit éviter les risques sanitaires mais pas vraiment en fait. 

Plus personne n'est capable de nous faire deviner la différence qu'il y a forcément entre le silure et la lotte, entre le ragondin et l'écureuil des champs, entre le taupinambour* et la ratte touquée, comme entre la mâche et la doucette.

Vivre dans l'amer nous fait prendre la vraie mesure du vague et de l'inopportunité de la créativité …

 

Unknown.jpeg

 

Exemple de littérature actuelle (extrait d'un CV trouvé sur Google) qui aide à comprendre de l'inintérêt des sociétés modernes pour les révélations intérieures passées, présentes ou à venir :

Assistante gérant sur fonds alternatifs et structurés

 - étude de fonds à stratégies systématiques (payoffs liés à la volatilité, à la corrélation et à la dispersion), et des instruments sous-jacents (swaps de performance, equity swaps, repo). - gestion quotidienne des fonds : valorisation, gestion des souscriptions/rachats, ajustement de l’actif, gestion du collateral.

 

Encore qu'en matière artistique certains incontinents puissent trouver du génie dans ce genre de création.

 

* En version charentaise on écrit "tau" au lieu de "to", pour accentuer le ton !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anne-Sophie 04/03/2011 00:41



N'éhsitez pas à me faire part de vos commentaires.


annesophieduret@gmail.com



denis 01/03/2011 12:16



autant pour moi : tu as mis "les bourins" ! pardon .. j'avais mal lu !


j'aime bien bourin, bouseux, c'était affectueux ... (tt façon tout ça ça bourine dans la bouse..)


la fange baudelairienne, tout ça....



denis 01/03/2011 11:53



bon maintenant tu vas dire que tu t'es foulé le poignet avec les bouseux  ?



Vinosse 01/03/2011 12:11



Pourquoi les bouseux ???


 


Y'a pas que des cons qui jouent au rugby !


Mais tous les cons y jouent !


 


Pierre ALBALADÉJO.



denis 27/02/2011 11:22



Les apparences suffisent largement à faire un monde.
[ Jean Anouilh
]


- vous avez 2 heures....



Vinosse 27/02/2011 11:26



Ouais, bin ... j'vais au rugby ce midi, je reviens vers les 5 heures...


 


J'vais me vider la tête avec les bourins ...



denis 27/02/2011 11:19



justement , raison de plus pour lui répondre ... t'es un littéraire mon pote ...


et un bon petit texte bien nihiliste, c'est rigolo de temps en temps.... ^^