Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 11:20

TRIO

J'avais le soleil dans les yeux... (lalalalala...)

Vous connaissez la chanson, n'est-ce pas! Et bien si cela avait été vraiment le cas, j'aurais vu double, mais voilà je vois tiers...

C'est un peu flou, c'est dû à l'âge sans doute, mais je vois en triple, en tierce, en trio, en brelan, et tout ça le nez dedans, enfin presque!

 

Sont très jolis ces petits pétales a bout carrés...


GROS-PLAN.jpg

Voici comme on se retrouve en plein pissenlit, ou selon les goûts de chacun, puisque la plante se consomme en toutes sauces, en salade, mais aussi en soupe, en infusion et même en racines !  Pour cette version ultime on les suce mais c'est lassant avec le temps, et comme de plus, sèches ces dernières font un succédané de café, cela n'est guère fameux pour trouver le Grand Sommeil...

Méfions nous donc des idées reçues et des lieux communs !


GROS PLAN 1

Prenons un peu de recul.

 

Métaphore: Le pissenlit pousse dans des terrains peu ou pas cultivés, dans les prairies naturelles, sur les bas-côtés des routes, aux bords des fossés, sur les talus, dans les passages au bout des champs et même à l'intérieur des terres cultivées ( selon des méthodes modernes ) ainsi que dans les cimetières à l'abandon (...).

 

 


RANGS-3.jpg

Voilà une vigne peu florissante (hé-hé): qui pousse peu, qui manque d'envergure, avec une grosse mortalité mais dont le cultivateur est fort généreux avec elle question desherbant: plus de la moitié du terrain occupé !!!  Le pauvre on le comprend: avec un p'tit coup de gyrobroyeur au milieu 2 à 3 fois dans l'année, il est tranquille ! On est bien loin de l'époque où il fallait tout faire à la main.  J'en connais qui n'auraient pas attendu plus d'une génération et qui auraient tout jeté, les bèches et les tire-cavaillon, bien avant d'avoir gâché leur vie entière à bosser comme des cons...

 

RANGS 2

Et ouais... c'est comme ça...


RANGS-1.jpg

Ici les doses ne sont plus les mêmes, les doses et la méthode! En effet sous le rang l'herbe semble moins atteinte, moins de produit, moins d'efficacité, mais plus de régularité grâce à un matériel techniquement plus élaboré: la frontière tracée entre le bien et le mal est absolument rectiligne, comme la morale!

Le pissenlit domine encore...

 

RANGS.jpg

Il déborde de temps en temps, tente d'investir...

 

CEPS.jpg

La vigne est mieux fignolée, mieux soutenue, ses manques sont comblés, on y provigne...


TAPIS.jpg

Mais le pissenlit pérore encore!  Y'en a que pour lui !

Son exceptionnelle facilité à se disperser fut longtemps utilisée comme symbole républicain laïque, dépassant le simple avatar commercial d'une marque de dictionnaire: Marianne soufflant sur les graines aérivores afin de propager dans l'espace la culture populaire !

Et pourtant quelle contradiction !  La plante ne s'établissant bien, ne poussant bien qu'a seule condition de ne pas cultiver les sols...

 


 

JOLI-CHAMP.jpg

Oh! Le beau paysage lointain !

Oh la belle photo! 

Le beau cadrage: l'équilibre des verts, en bas comme en haut, les lignes non directives, ondulées, le décalage du point d'intérêt vers la gauche, en face le buisson de vieux cerisiers sauvages envahis de ronces, le petit noyer à droite...

J'en suis époustouflé!  Et c'est moi qui l'ai fait!

 

ERIGERON.jpg

Par contre il ne s'agit plus ici de pissenlits. De crépis peut-être, de piloselles, d'hiéraciums, de picris... qu'en sais-je!

Mais c'est très épais!


ERIG---SARMENTS.jpg

Il y en a jusqu'au pied des ceps...

Ce n'est pas parce que le cultivateur du lieu serait négligent ou différent des autres, non, c'est simplement dû à la prévention des risques gélifs, la parcelle étant en situation non protégée et sensible aux ultimes gelées blanches de printemps qui fusillent sur place les jeunes départs... Comme dans cette combe, ce bas-fond, cette parcelle en cuvette est coincée entre deux petites collines de terres labourées:  on ne touche pas au sol tant que les dangers persistent. Dans ma photo "poster", au-dessus, des yeux avertis ont deviné les lattes non attachées, au cas où ...

 

MELANGE.jpg

D'autres yeux qui se penchent et s'approchent reconnaissent la présence du pissenlit, ici aussi...

Mais il est pas en force de s'imposer, pas encore... Pour cela il faudrait laisser le sol en l'état.

Il existait un genre de plante semblable que ma mère ramassait pour ses lapins, les chiches, dont une, la "chiche à balai" était bien supérieure au pissenlit question mise en salade vu que sa racine était bien plus emprofondie et permettait ainsi d'avoir un bouquet tout blanc de pousses croquantes! Et moins amères ! Par contre on ne la trouvait dans les allées des vignes que lorsque celles-ci étaient encore labourées...  en fin d'hiver, en même temps que  l'adorable et savoureuse doucette.

 

 

 

 

CHEVAL.jpg

L'est pas très inspirée la dame!  C'est sûrement pas son truc, le pissenlit !

"Bonjour" !!!!


Et pas souriante non plus...


 

EPINES2.jpg

Ah! Un buisson d'épines noires !!!

 


EPINES.jpg

Zouli-zouli...


Dans l'temps on disait que c'était bon pour aller pêcher l'anguille...quand l'aubépine était en fleurs...

Depuis on zigouille les pibales à la tonne pour faire des tapas et c'est formidable cette époque qu'on vit...

On ne pêche plus l'anguille, mais on est devenus écolos... 


 

 

La ballade est finie, on rentre chez soi, et on dit merci au pissenlit !  

FIN.jpg

La prochaine sortie sera consacrée à l'ortie... ou à la ronce... on verra!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gilles 31/05/2010 14:01



Impressionnante cette balade.


Je suis un peu la ramasse sur ce coup-là.... les pissenlits sont passé de saison (sauf apparemment dans les Cévennes du Vigan), je renvoie quand même vers la recette our me faire de l'autopub :
http://www.lignesdevie.com/2010/04/racines/



Vinosse 31/05/2010 16:45



C'est vrai que cette année fut bien fournie question pissenlit!



mic 12/05/2010 15:56



rien ne vaut la nature pour redonner à la vie sa vraie dimension, vos photos sont splendides et le message qu'elles véhiculent encore plus.



Vinosse 12/05/2010 16:02



Merci!



Saravati 26/04/2010 19:00



Merci Vinosse, oui, avant de tondre ma pelouse (ou plutôt mon herbe de prairie), j'ai cueilli les fleurs et les feuilles des pissenlits.


Les feuilles, j'ai l'habitude de les préparer en salade cuite avec huile d'olive et oignons.


Mais je n'avais jamais pensé à faire de la confiture de fleurs de pissenlits, et voilà, c'est fait, plutôt de la gelée plutôt liquide d'une belle couleur miel foncé et délicieux !


Cela remplacera le sirop d'érable sur mes futures crêpes !



Vinosse 26/04/2010 19:55



Salade cuite ????


En principe seul le bas des tiges encore blanc est utilisé...



isa 25/04/2010 09:02



Très bien. Ne te noies pas quand même!



Vinosse 25/04/2010 09:05



Pfffffffffff



isa 25/04/2010 08:44



Belles photos.Moi aussi j'ai beaucoup apprécié ce paysage jauni par les pissenlits. Depuis hier ou avant hier les pissenlits sont tous fanés et maintenant ce sont des tapis de moutons blancs qui
recouvrent les allées de vignes ou les champs..très beau aussi.



Vinosse 25/04/2010 08:45



J'vas en faire 2-3 photos aujourd'hui, en contre-plongée si possible...