Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 14:27

 

Ce Printemps, dans la pépinière, la seule plante couverte de fruits est la groseille ERDE, une de mes protégées...

C'est dire ses qualités! Surtout de voir cela sur des jeunes plants, s'étant peu développés l'an passé, n'étant pas destinés à produire si tôt et n'ayant pas l'aura des variétés dont on parle...


Et pourtant...

 

EE2.jpg

 

La première grande gloire des défuntes pépinières FRUIROSE, fut de commercialiser deux cassissiers autofertiles à forte production de grande qualité qui déménagèrent de force toutes les plus anciennes variétés répandues dans le commerce, comme quoi la nouveauté a du bon, cela dépendant surtout de la demande du public. Il n'y a en matière de variétés horticoles, aucun choix imposé, rien que des désirs exhaussés, contrairement aux idées reçues.

Le succès des cassis TENAH & TSEMA tint avant tout de la résolution d'un besoin plus ou moins clairement exprimé, et non d'un dictat imposé par une grosse compagnie commerciale, puisqu'à l'origine FRUIROSE était née dans le jardin d'un retraité fortuné et simple amateur entre Fécamp et Dieppe, que mon père en recherche de plants de petits fruitiers avait remarqué faisant de la publicité dans une revue de jardinage!!!

Ce retraité de la Schell (et oui!) s'appelait HANET et l'on choisit l'anagramme TENAH pour baptiser le premier des nominés et TSEMA pour le second, consécration et reconnaissance pour son découvreur sélectionneur hollandais , le Dr RIETSEMA!

L'association FRUIROSE, née un peu à la demande de Georges HANET qui voulait bien donner son œuvre mais seulement à des agriculteurs et non à une société commerçante, qui regroupait donc 3 petites coopératives naissantes devint obtentrice de ces deux variétés de cassissiers et déposa une licence de protection variétale(COV).

Mon père en était l'animateur principal, Hanet le président honoraire et c'est ainsi que les  deux compères rendirent un jour visite au Dr Rietsema peu de temps avant qu'il ne cesse ses activités captivantes de croisement, hybridation et sélection variétale de petits fruits divers. Et c'est là, dans ce jardin d'inconnues, que le vieux docteur offrit à ses visiteurs de choisir et garder pour eux une de ses sélections non répertoriée dont ils seraient alors les uniques possesseurs!

Mon père revint de Hollande tout content de lui avec ce petit bijou de groseillier et surtout très fier de l'avoir raflé sous l'œil (il était borgne) et à la barbe, qu'il n'avait pas, du hautain et un peu vorace Mr Hanet. 

Mais voilà, mon géniteur n'avait pas la fibre "créatrice" et ne sut jamais exploiter les qualités de la groseille et c'est moi, plus tard, après l'avoir baptisée de ses initiales: ERDE = René Duret, qui entrepris de la faire connaitre et qui pris en même temps une licence de détenteur, une démarche encore restée simple en cette époque pour un petit producteur, et à sa portée surtout !

 

Mais il n'y a pas de véritable marché en France pour les groseilliers...

      

ERDE-2.jpg


Donc cela resta dans cet ordre-là pendant une petite vingtaine d'années jusqu'au jour où, n'ayant pas voulu renouveler mon droit de licence, je reçus de la part d'un organisme dont le nom m'échappe encore, du genre contrôle des espèces cultivées, l'avis que ma variété ERDE allait être retirée du catalogue officiel des variétés cultivées de france et ce sans aucune explication sauf que cette sentence avait été recquise lors de la dernière réunion de ce fameux groupe!

Et pour quelles raisons ? Pas d'indication! Pareil qu'une lettre de cachet: ce déni de justice que 1989 et la république ont combattu et aboli !

Il n'y a pas de marché conséquent, donc on ne peut accuser un groupe concurrent de pressions, les catalogues de pépiniéristes sont pauvres, alors pourquoi les appauvrir encore ???


ERDE-1.jpg


C'est à la lumière des déboires récents de l'association Kokopelli que l'on peut trouver une réponse: ce fameux catalogue officiel créé à l'origine (sous Vichy!) pour épurer le marché des semences céréalières et des plants de vignes afin d'offrir au producteur une sécurité lors de ses semis ou plantations ( on trouvait tout et n'importe quoi à l'époque) fut conçu comme une contrainte par certains malades de l'autorité et de la bien pensance qui l'étendirent à toutes les productions végétales sans exception et surtout qui s'en servirent pour combler leurs propres lacunes! Car plutôt que d'essayer d'aider à offrir un produit parfaitement identifiable en entretenant un conservatoire, décidèrent de limiter l'accès à la diversité en privant de petites spécialités de droit de citer.


Cet organisme cité plus haut est revenu à la charge, mais sur la pointe des pieds, me demandant de lui envoyer mon catalogue tous les ans! Pour être livré à sa censure !!!

Pire même, ils m'ont demandé pour conserver d'anciennes variétés à l'inscription chez eux et ainsi pérenniser leur sale manie, de m'en faire comme le tuteur en m'engageant à conserver chez moi un champ de chaque variété, demande à laquelle je n'ai pas répondu!

Mais qu'attendent-ils donc pour le faire eux-mêmes ? C'est leur boulot, non ? A partir de là, ils seraient capables de fournir des boutures à tout pépiniériste leur en faisant la demande plutôt que d'avoir recours à l'interdit !!! Nous changerions de morale à ce compte-là, ce serait même révolutionnaire pour notre société!


En fin de compte, ce boulot c'est moi qui le fais par conviction personnelle, sans subventions d'état, juste pour le plaisir d'entretenir de la diversité!

 

 


duo.jpg


N'est-ce pas mieux comme ci-dessus de voir cohabiter la Gloire des Sablons (rose) avec mon ERDE sans que ni l'une ni l'autre n'ait à montrer patte blanche à quelque jésuite en mal de fonction dans la société ? Et qui d'autre qu'un amateur averti pourrait rendre ce service à son prochain sans que cela coûte à ses impôts ?  Le seul revenu à en tirer étant celui de son petit commerce, étant entendu que pour réussir dans ce monde-là il faut conquérir la confiance de ses clients...et uniquement !

Donc et surtout rester pointilleux avec ses étiquettes !!!




ERDE.jpg

ERDE en version in-situ...


Je pense en vérité qu'on veut éliminer du marché les "petits" obtenteurs, qui font la grandeur de la profession et l'histoire de l'horticulture, au profit des groupes industriels qui eux ont les moyens de répondre aux conditions abracadabrantes imposées par les organismes certificateurs européens. Pour mes demandes en cours concernant les framboisiers, on me demande des tests vis à vis de certaines entités vivantes microscopiques soit peu actives en cultures, soit même totalement inconnues comme ravageurs sur la plante en question ou pire dont le protocole de détermination n'a encore jamais été mis au point dans les laboratoires de la Protection des Végétaux auquel j'ai posé la question! (*)

Résultat je suis éliminé au départ ou, à moins de confier mes droits à une société spécialisée, j'aurai espoir de voir ma plante un jour commercialisée mais sans jamais retirer bénéfice d'un droit de propriété intellectuelle comme il est naturel pour toute création (ne pas confondre avec la polémique sur la confiscation du vivant) et aussi le dépit de voir cette variété accaparée par des spéculateurs capables de la multiplier à grande vitesse dans un pays tiers dépourvu de droits et dans le but officiel de déstructurer le marché du fruit... à leur profit et non à celui des producteurs d'ici ou d'ailleurs.

 

(*) Le volet "précaution sanitaire" est l'argument commode et fortement hypocrite pour évacuer la concurrence ou peut-être même l'adversaire! Car enfin tout le monde sait que rien ne peut se réduire à la lutte du bien contre le mal et que scientifiquement les choses sont on ne peut plus compliquées. Le retour à des méthodes de cultures respectueuses et les résultats obtenus prouvent qu'il s'agit bien ici d'une opposition philosophico-politique fondamentale. Et puis il y a les hygiénistes de tous poils qui, pour prétendûment rendre service à leurs compatriotes, les obligent à se plier à des consignes obtuses et sans fondement réalistes, tel le fameux principe de précaution qui, s'il était appliqué dans sa plus stricte observance, rayerait de la planète la majorité de l'humanité !!!!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chr.Borhen 06/07/2010 11:09



Bon anniversaire !!!



Vinosse 06/07/2010 12:23



Merci...



Sophie K. 30/06/2010 20:37



Tu fais bien de te révolter contre ces tondeuses à gazon en costards. Faudrait qu'on se révolte tous, j'espère que ça ne va pas tarder.


(C'est très bon pour la santé, les groseilles. J'essayerai de te commander un plant l'année prochaine après les travaux de mon immeuble, j'imagine qu'on peut en faire aussi pousser en pot sur les
balcons, non ? Question terre, pas trop le choix, ce sera de la terre en sac... :0)



Vinosse 01/07/2010 07:23



Krakapett !!! (Cri de la tondeuse selon Franquin) pet  pet...


 


Dans un pot tout pousse... après est-ce intéressant... faut des abeilles... et Paris en a !!!!!



pierrot la tombal 29/06/2010 19:54



Moi j'y connais rien en groseilles, ni en poireaux ni aux haricots...Mais tout ce que je peux dire, c'est que j'ai goûté aux photos, et que les groseilles sont drôlement bonnes!



Vinosse 29/06/2010 20:07



 


Les groseilles ont l'avantage visuel, un gros avantage...


Maintenant, faut être un génie de la photo comme moi pour...  



Snödroppe/Sophie 28/06/2010 20:08



J'ai d'abord cru que "demoiselle" 'était le nom d'une framboise ou d'une groseille! [...le "demoiselle", c'est
là...pour être plus claire...]



jp 27/06/2010 10:02



gardez m'en quelques pieds pour la prochaine commande
(pour le canabis la comparaison n'est pas vraiment pertinente sa culture par les jardiniers locaux étant ici nettement plus fréquente que la groseille...)
bonne journée Daniel, c'est toujour un plaisir de lire vos révoltes
vous savez bien que le naufrage est général et consensuel, c'est celui de tous les bons fruits que des centaines de générations avaient sélectionné avec gourmandise