Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 22:45

 

Exceptionnel !!!!


Je vais attendre demain et après demain et encore après ce demain là, pour mettre des paroles sous ces images là...

 

B3.jpgB-1-copie-2.jpgB4.jpgB6


J'ai eu beau attendre, rien n'est venu...

Rien de plus intéressant que la moyenne des choses dites, redites et reredites partout, rien qui me corresponde en esprit comme en cœur et comme je rêve d'en écrire...

Je me sens pratiquement dépourvu de tout éclairage intérieur, incapable de remarquer l'essentiel, de détailler mon fond propre...

En est-il besoin en fait ?  

Est-il utile de passer la seconde couche, celle faite pour durer ?

Je suis dé-sa-bu-sé...

Comme cette glycine, je me suffis à moi-même et c'est beaucoup... c'est même trop en certains moments, quand il faudrait continuer de faire l'inaperçu.



B

 

Il reste l'odeur des fleurs, le parfum des profondeurs de la gousse bleue: pour cela que je me suis approché, pour vous en faire profiter!

Avez-vous du nez ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aléna 20/05/2010 15:30



elles sont presque indécentes d'orgie et de luxure...



Floréal 11/05/2010 00:17



Je ne voulais pas être désogligeante. Maintenant je sais que vous êtes vous. Pardon pour la confusion, qui m'est assez habituelle, particulièrement en ce moment.



Floréal 08/05/2010 09:33



 C'est joli chez vous. Moi aussi j'ai une grande glycine comme ça, qui a défleuri la semaine dernière. Enfin j'avais parce que je vais déménager et je ne la reverrai plus.


Il ne m'avait pas semblé, ou pas vu que vous aviez un blog. Je pensais que vous n'en aviez pas. Mais je vous avais pris pour quelqu'un d'autre, ou confondu. Je ne fais pas très attention.



Vinosse 08/05/2010 10:29



 


C'est souvent qu'on me prend pour un autre!


 






mon chien aussi 02/05/2010 08:32



J'ai du pif... ouais, mais virtuel... sinon, pourquoi mettre des mots quand c'est pas nécessaire... Monet avec ses nymphéas n'écrivait rien pour accompagner... l'image est bonne toute seule aussi
parfois... 


@FM. vous êtes sûre qu'on s'est unis pour le pire ?...



Vinosse 02/05/2010 08:33



Bon, j'en-ligne mes pissenlits fanés...



pierrot la tombal 01/05/2010 20:52



Voire même glisser sous la glycine et causer sous la couette!