Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 09:49

 

 

P1020014.jpg

J'adore le rouge!

 

Le Champ !

 

Un mot mis à toutes les sauces, des moins légères aux plus lourdes, de celles qui me restent en travers de la gorge ou sur l'estomac, qui m'obstruent le foie autant que l'entendement, me bouchent le zoophage ou me coupent le sifflet, me coincent la garganette entre deux adjectifs contradictoires comme "possible" ou "lexical", l'un faisant toujours défaut à l'autre.

Ce qui est inscrit au livre ne devient plus optionnel mais obligatoire, car ce qui doit être respecté ne peut plus être amélioré.

 

Donc, pour ce que j'ai appris sur place, seule la particule "du" permet la différenciation originelle entre le pauvre et le noble comme: le champ du voisin ou le champ de blé !

 

Preuve s'il en est de l'exactitude de mon analyse et qu'en matière agricole la particule a depuis longtemps une grande importance sémantique, c'est que je me souviens que mon père cultivait un champ de blé, de baillarge plutôt, assez éloigné de la ferme et entouré de bois, où nous nous rendions en charrette à cheval (blanc: il s'appelait "Papillon") et qui s'appelait: "roule-cul" !

 

Me suis-je fait bien comprendre ?

 

En vérité je ne connais que trois types de champ: le cultivé correctement qui n'a de beauté que mécanique, qui ne met en valeur que le défini, par lignes, par carrés ou par espèces, et dont le bonheur qu'on y récolte si l'on est exploitant ne s'exprime qu'à travers la  géométrie de la rentabilité et non par la diversité panoramique (en y regardant de près).

 

Ensuite le pas cultivé du tout, la jachère, très mode du côté écolo, mais qui n'apporte rien sur la plan de la carte postale et de la diversité des photos rapportées de la campagne: on n'y voit plus que des herbes drues et sèches et, par endroits, des néo-pousses de végétaux que les néo-absolutistes de la vie au milieu du sauvage n'aiment guère comme les ronces, les orties, l'épinette noire, toutes les bonnes caches à vipères et à vermines de toutes sortes.

 

Et pour finir, mon préféré, le mal entretenu mais pas tout à fait, celui qui permet au coquelicot, à la camomille sauvage, au géranium à Robert, mais à celui de Monique aussi, à la vipérine et à toutes sortes de p'tites herbes qui font chier de prospérer malgré les desherbants et ceci pour le plus grand bonheur expiatoire des vérécolos qui ne connaissent rien de la vie à la campagne, bien triste souvent ...

 

P1020006.jpgP1020009.jpgP1020013.jpg

 

Il est beau et tendre ce petit dernier, tout juste né, déployé et encore fripé ...

 

Dites-moi merci, je vous en prie ...........................

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sophie K. 19/06/2011 16:52



Mince. T'as même des lecteurs qui te lèchent les pieds... hahaha !



Vinosse 19/06/2011 19:01



J'le connais bien, il irait pas jusque là, malgré sa réputation ...


 






Einstein 19/06/2011 15:43







Vinosse 19/06/2011 15:46



Pauvre enfant ...


Il s'est perdu ???


 


Entre nous, je pense pas qu'un pédophile en veuille !


 



Sophie K. 19/06/2011 13:44



Moi je corrige un texte réécrit par une ignare qui met deux n à "inondation" et un n à "projectionniste", et qui écrit "finuculaire" au lieu de "funiculaire". (A part ça, il paraît qu'elle est
éditrice...) 



Vinosse 19/06/2011 15:36



Inondation ?  Si je compte bien y'en a 3 ....


Funiculi ... funicula ...


 


J'ai fait la sieste bercé par Coluche (sur paris 1ere), j'essuie une p'tite larme ...


Putain d'camionneur ...



Sophie K. 19/06/2011 10:03



Hahahahahaha !


Ne le dis pas, mais en fait, je suis, certes, couche-tard, mais souvent lève-tôt. Sauf que pas sur le web illico (le matin est propice pour bosser, en plus, surtout le dimanche : là, je relis des
textes à corriger)... :0)



Vinosse 19/06/2011 12:46



Putin, c'matin je devais faire un boulot délicat que hier j'avais pas pu faire, ébin ce con d'Ludo qui devait m'aider était pas débourré d'hier soir ...


J'ai pas pu ...





 


A part ça ...  



Sophie K. 19/06/2011 08:59



Merci pour les super photos, ça fait du bien (...à mon champ de vision)(pas taper)(bécot).



Vinosse 19/06/2011 09:52



T'es tombée du lit ?