Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 09:22


Ah! Que j'aimerais avoir des tas de choses importantes à dire, de pensées à faire résonner dans la cité, de prédictions essentielles à faire courber l'humanité de peur sur son avenir... Enfin toutes ces banalités qu'on trouve sans cesse à lire sur les blogs...
Mais y'a rien qui me vient... Peut-être est-ce ma nature qui me provoque ainsi !

Car la Nature est changeante, non?  Tenez l'an passé par exemple, très peu de groseilles à filmer, les mûres pareil! Tandis que cette saison, pfiou, c'est l'abondance! Alors, profitons-en... tout simplement.

Sachons aujourd'hui comment revenir un peu en arrière et accepter les dérangements dûs au temps, si l'on est un simple amateur ou petit cultivateur. Finie cette époque récente où il fallait sans cesse obtenir les mêmes résultats maximaux et pour cela demander à la technique chimique devenue indispensable de quoi prévenir ou remédier aux simples ennuis climatiques.

Méprisons cette gent intellectuelle auto habilitée à d'avoir une opinion sur le sujet, venir vous inventer une nouvelle maladie, un nouveau ravageur attilesque, un nouveau désordre inacceptable dans l'ordonnancement d'une agriculture productiviste tant réclamée des industriels et autres politiciens d'un nouveau monde tant rêvé!

Rien n'est jamais pareil et quand le jour se lève, on ne peut jamais savoir exactement comment le temps va se dérouler... Et heureusement !  Bien sûr que pour beaucoup d'entre nous, l'ennui régit nos heures et les font se ressembler, à midi comme à minuit, et c'est pour cela que le monde est rempli de prédicteurs de toutes sortes. Des religieux de tous ordres, des politiciens de tous bords, tout notre environnement déborde de gens pour nous parler de ce qui ne nous est pas encore arrivé...
Pour fournir une explication définitive, une prédiction heureuse ou prononcer une sentence imparable...

Ces gens-là il faut les éviter, rester calme et savoir observer...

La Vérité a toujours un temps d'avance !



 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Snödroppe/Sophie 03/10/2009 14:11


Vinosse, on dirait des grappes de raisin rouges! ;-)
Toi, tu t'y connais surement mieux que nous tous dans le domaine des trucs de la terre, mais à voir ce qui se passe ici ou là, il semblerait que cette année, les fruits soient "bénis des dieux"!
[je déconne...]. Les raisins étaient de toute beauté, les figuiers de mes parents ont croulé sous les figues, les groseilles de ton voisin [issues de tes plants, tu vois, je suis!] sont
magnifiques...Je ne sais pas quelles conjonctures se sont réunies [en présence des dieux, bien sûr! ;-)] mais le résultat est très réussi!
[je voulais te dire...ta nouvelle mise en page aussi est très réussie!]


Vinosse 09/08/2009 10:22

Merci Thierry de votre visite et revenez quand vous voulez: j'essaie de cuire à point !

Gilles Monplaisir 08/08/2009 00:14

Oui, des groseilles à foison ! L'arbuste que j'avais planté voici quatre ans en était plein cette année. A quatre pattes avec les enfants, un saladier à portée de mains...

thierry 02/08/2009 23:14

Dans les groseilles ce qui me plait tant c'est qu'on les dirait vernissées tellement elles brillent, bien lavée
et ce fondant, ce sucré, des souvenirs plein la bouche et des pas tartes s'il vous plait, n'ayant à la vérité pas assez de groseillers, souvent la gelée était mélangée de cassis, on ne sautait pas d'un goût douteux à l'autre mais l'acidité s'équilibrait et la couleur intermédiaire n'était pas incendiaire.
Vos propos m'agréent pleinement, je ne parle pas de barre fixe, mais vous avez fixé le cap et le niveau, et c'est vrai qu'en ces temps sentencieux il faut faire preuve de légéreté sous peine de s'étaler... comme de la confiture.
La macération des fruits,dans l'alcool blanc le colore rapidement et donne un beau résultat en bouche pour peu qu'on attende pas trop car sinon, à part les cerises, ils partent en lambeaux, pas de crique dans l'alambic mais une envie de goûter et pas sur un sucre.

Vinosse 02/08/2009 12:13

Ah! C'est Dimanche alors ?