Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 11:07

Avons nous cette chance première de pouvoir voir de près ?
Avons nous cette seconde de pouvoir discerner dans le lointain ?

Et pour finir avons-nous la faculté primordiale d'associer les deux ?

Pour la majorité des gens il est permis d'en douter, tant tous les jours qui passent et s'entassent, je vois et j'entends refleurir les mêmes âneries.

La photo du haut reflète toute la beauté du monde, celle qu'on devine et que l'on espère mettre un jour au premier plan . Ainsi de la volonté de certains aujourd'hui de revenir à des pratiques saines dans l'agriculture, quasi divines comme au paradis perdu; l'agricole retrouvant sa noblesse originelle, celle des premiers hommes préférant semer les graines récoltées plutôt que d'attendre les hasards de la cueillette et du vent.
Le début de toute civilisation: la mémoire des choses et du temps...

La seconde photo traduit mon inquiétude du moment: quand on se pense assez près pour bien voir, rien n'est vraiment net et précis: un certain flou demeure ...

Ci-dessous des petits chatons pas banalement argentés (comme on le croit dans les salons): des rouges, des jaunes, des ocres, des bruns... et des morts...



Vous admirerez l'interdiction de ramasser des champignons n'ayant d'autre but que de faire fuir le péquin et de marquer la propriété d'une "grande maison" qui, après la tempête se fit subventionner pour planter des pins en place des vieux chênes abattus au pied desquels poussaient alors de vrais cèpes...
Des cons dites-vous ? Meuh,non...


  Mais reprenons le fil de notre réflexion:

Depuis tout petit je sais faire l'écolo !

Depuis mon enfance j'ai su comment enlever la bouse des vaches d'entre leur pattes sales, avec une fourche et une brouette en bois, et appris comment confectionner un tas de fumier bien carré.
Comment vider la fosse à purin aussi... avec un seau!
Depuis mon tout jeune âge je sais comment manier une bêche pour sarcler les fraisiers, les carottes, les haricots verts, les petits pois, les betteraves et les choux fourragers.
J'ai fait TOUT ce qu'il est possible de faire dans une ferme: faucher l'herbe, bonne ou mauvaise, avec une faux (l'aiguiser aussi, la "forger"), conduire le cheval, labourer, moissonner à l'ancienne, tailler les arbres et la vigne, vendanger et faire du vin... TOUT...

Même d'économiser l'eau ! 
A l'époque on allait au puits la chercher, alors les toilettes étaient frustres et pas journalières !
(Depuis je prends plusieurs bains par semaine...ha,ha,ha...)

Mais voilà, je n'ai jamais été récompensé ni reconnu pour cela, aucune médaille ni aucun diplôme ne m'en gratifient...

Aujourd'hui quand j'envoie aux futurs exploitants, souvent citadins épris de campagne et de petits zoziaux, mon catalogue PRO, on me demande ma "certification BIO", exigée pour qu'ils puissent m'acheter des plants par les organismes autoproclamés.
Bien sûr de bon esprits viendront nous dire que cela est indispensable pour la sérénité du consommateur, que c'est des paysans comme moi qui ont pourri la planète,etc... Et bien sûr qu'ils auront raison... Le client a toujours raison!

Mais ce n'est pas une raison suffisante pour que j'aie à devoir encore montrer patte blanche à des gens, des inspecteurs, qui viendraient chez moi fouiller partout, avec cet air suspicieux qui aurait le don de me foutre les boules !

J'en peux plus de cette société du spectacle où il faut impérativement montrer, faire bonne figure, jouer une mauvaise comédie sans talent et sans âme. Société du spectacle, société inquisitionnelle, société culpabilisatrice, société de la manipulation...

A ce sujet, le spectacle, certains ont reçu dernièrement un appel à soutenir une célèbre ferme "bio", à laquelle on viendrait injustement réclamer des sommes incroyables qui mettraient en péril son sacerdoce!
Je n'ai pas répondu à ce sonnage de clochettes pétitionnel et bien pensant! En effet croquer de la subvention européenne, et de la grosse, pour ma part j'ai jamais fait , dommage pour moi sûrement ! J'ai que fait mauvais paysan !  Encore et toujours...

Je n'ai vécu et ne vis que de mon travail (et de celui de mon employée), j'ai jamais traficoté pour me gaver de centaines de milliers d'euros, j'ai survécu juste à la limite de mes moyens, j'ai des dettes et peine encore à les rembourser et pour cela continue de faire ce que je sais faire:  des plants de framboisiers, de groseilliers, de cassissiers, de myrtilliers et de rhubarbes tous élevés sans traitements chimiques dangereux pour la santé des gens, tous nourris d'engrais organiques issus de déchets végétaux et animaux bien connus et n'éprouve pas le besoin de cotiser pour une estampille qui n'a de valeur que pour les ignorants dont notre société du paraître fait son miel .

Je n'aime pas me moquer du monde !  Le pourrais-je d'ailleurs ?

Tite fleur jaune!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

NLR 05/04/2009 13:10

Ah ben les groseilliers ou les gens fô choisir hein ! Moi j'aime bien ce côté misanthrope à fruits rouges.

Vinosse 05/04/2009 12:53

Grosses bises Delphine, je passe chez toi.

Il est vrai, Nicolaï, que je mets en "pestacle" mes plantes, mais c'est pour mieux les vendre, mon petit...

Le résultat n'est pas à la hauteur de mes ambitions...
Les gens préfèrent les fraises espagnoles...

Et j'aime de moins en moins les gens...

NLR 04/04/2009 10:36

Bien vrai que la société du spectacle – rapport entre les gens, médiatisé par des images – est partout. Elle a même contaminé vos groseilliers, c'est dire. Bon courage dans vos choix, en tout cas, cher Vinosse. Et bravo pour tout ce "vert" que vous semblez adorer (moi aussi, mais bon, à Paris c'est plus limité)

delphine 12/03/2009 22:30

c majgnifique adore ce que tu a fais de ton blog je reviendrai a très biento merci pour ce bon moment

Vinosse 01/03/2009 18:19

J'ai plusieurs fois été contacté par Desbrosses de la ferme de Ste Marthe pour des raisons commerciales mais on n'a jamais conclu pour des raisons que j'ai toujours trouvée peu fondées... Je n'ai jamais eu le ressenti qui m'aurait donné envie de poursuivre. En petits fruits leur choix variétal me parait ahurissant (ou presque), pas convaincant et surtout les prix de leurs produits horriblement élevés!
Ils ont largement profité de l'œil complaisant des médias et c'est pour cela qu'ils ont cherché à ameuter le bon peuple pour défendre une cause peu juste. En tout cas qui n'avait rien à voir avec le BIO, strictement rien à voir.

Maintenant, que l'Europe subventionne, je n'y vois rien à redire, si les choix sont raisonnés et possèdent un but avouable, autre que de financer des tracteurs ultra modernes ou des vacances dans l'Océan Indien!

Après si ça tourne mal, faut accepter...C'est la loi du genre.

Si l'on avait subventionné une agriculture non-popidolienne, nous n'en serions pas là aujourd'hui et les cancers se porteraient plus mal! Et tout le monde mangerait à sa fin aussi, sans aucun doute.

Bon, à part ça, le Barbezieux Sud-Charente Rugby à battu Soyaux chez eux sur le score de 19 à 16... On était contents, nous les supporters...