Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 10:25
   Il n'y a rien entre ces deux photos,
quasiment rien...
Juste une histoire de cadrage, de point de vue !

Un œil avisé trouvera que l'espace consacré au "sur le côté" modifie l'esprit du lieu, un autre moins exercé ne saisira pas toute la différence!

Et dès lors qu'il s'
agit de
 l'Esprit, du Savoir plus précisément, on est en droit d'estimer que certains sont mieux placés que d'autres pour le dispenser, comme le feraient de bons professeurs ou de bons observateurs de la société tels que ceux qu' on peut rencontrer dans "l'empire des blogs" ...
Je viens de faire l'expérience douloureuse du dernier dans une synthèse des deux !
Je m'explique: ayant mis,  à moitié par hasard, mes pieds virtuels sur un blog soi-disant littéraire tenu par des enseignants, j'ai encore eu à souffrir du danger qu'il y a de côtoyer des minables comme ça...

On les croit détenteurs du savoir, du moins de ce qu'à nous il serait nécessaire d'apprendre pour continuer de grandir, eh bien non! Ils ne savent rien de l'Essentiel, mais tout d'un Particulier qu'ils prennent pour Universel. Pour eux savoir égale pouvoir et non don de Soi comme leur vocation devait les prédisposer.
Je ne pense pas que la Vocation ait été un jour la raison du choix de vie qu'ils ont fait! Leur métier d'enseignant leur étant plutôt pis-aller.

En tous cas je les sais incapables de voir ce qu'il faut voir, d'entendre ce qu'il faut entendre et de dire ce qu'il faudrait dire quand on se prétend, comme eux s'en prévalent sans cesse, installés sur une telle situation panoramique!

Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois!

Et très souvent prétentieux et vulgaires...

Ma métaphore du Chemin de Vie, de Parcours, voulu ou imposé, du mien en particulier qui m'échappa dès mon enfance, devint punition, supplice, enfermement rien qu'à la grâce d'enseignants dépourvus de toute humilité et de toute grandeur d'âme, pareils à ceux que j'ai eu le mauvais goût de venir gêner dans leur "bonheur parfait", dans leur chaise longue en terrasse, dans leur point de vue qui leur prive de voir sur les côtés, conserve aujourd'hui ses valeurs d'universalité et c'est dramatique!

Ils sont cultivés, dites-vous?

Ils connaissent quelques mots qui, mis bout à bout, ne formulent pas une vraie Pensée. Juste un étalage de phrases, et pourtant cela leur sert pour rabaisser l'autre, le différent, l'étranger...

Retournes cueillir tes champignons, disent-ils !  Reste sous tes feuilles mortes !
Cache toi au fond de ton fossé !  Continue de faire tes courses au "Lidl" !

Et le pire: VINASSE !!!!

Impressionnant, non?


“C’est le propre du génie de procéder par les idées les plus simples.”

Charles PÉGUY.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

PP 13/02/2009 14:19

l'esprit, c'est de la neige

Jan Abbie 02/02/2009 00:43

Au fil des années je remarque c'est de plus en plus les mêmes poèmes, les mêmes phrases que je finis toujours par mâcher, remâcher... L'important est de s'arracher qui est dans mon ventre la parole, et comme dit Claudel, tant pis pour Quintilien.
L'esprit est plus important que la lettre.

Vinosse 12/01/2009 08:22

Merci Momo...

Ah! Si tu n'étais pas là !

Mo 11/01/2009 18:07

Il faut ignorer les pédants et se contenter d'individus capables de réfléchir par eux mêmes sans user de citations inutiles à tout va et d’échanger des propos intelligibles.
Si ces intervenants blogueurs sont jaloux de leur savoir et préfèrent paonner entre eux, c’est que non seulement ce sont des ratés (ce qui peut ne pas être de leur faute) mais aussi des cons ! et comme dirait l’autre « quand on est con, on est con »