Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 00:00


Un plongeon nous suffira-t-il ???

Serions-nous Narcisse que nous n'oserions pas ...

Serions-nous Li Po que nous ne confondrions pas la Lune et son reflet...

Mais quand à être nous mêmes, ce n'est pas ce noir éclat qui nous le fera !


Il nous faudra donc y plonger au plus profond, au risque de n'en jamais remonter.

Au moins serons nous tranquilles chez NOUS...

Au plus douillet de nos rêves cachés

Dans la sécurité de l'autre monde...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

thierry demarquest 13/01/2010 10:36


Bonjour,
Que vous vous défiez des labels bio et de tout ce qui vient "du haut" est une chose (avec du bon sens), mais ce n'est pas le seule alternative qui existe lorsque l'on refuse une certaine façon de
cultiver. Il y a par exemple la certification Nature et Progrès qui elle vient "du bas"  et qui sait y rester. C'est aussi une façon de ne pas se laisser faire par les grosses machines
multinationnales. C'est une résistance issu du monde paysan, une écologie paysanne, composé de producteurs et de consommateurs.
Cordialement,
Thierry


Vinosse 19/09/2009 08:23

Ô Cactus, pourquoi cette histoire de fromage industriel???

Cactus 18/09/2009 17:13

allez , j'ose : manque juste du bourre seins , non ?
ces photos sont très romantiques , je trouve , porteuse d'hooo , calmantes , apaisantes ! ( pardonnez mon début )

Vinosse 18/09/2009 17:01

Vouais... Je sais...je sais...

mon chien aussi 18/09/2009 15:52

P'tain, aujourd'hui, j'ai entendu trop d' conneries ! J' viens j'ter un coup d'œil sur tes plans d'eau... Non de dieu, les cons et les connes fleurissent comme au printemps ces jours-ci...

Aaaaah...