Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 10:06
"Ma Tonkiki...ma Tonkiki... ma Tonkiki..."

Quoi?

Mais non!

C'est: "ton Anana... ton Anana... ton Anana..."

Je comprends pas qu'on martyrise ainsi la langue française!

_______________________________________________________________________________________________


Ce fut par un bel après-midi d'Automne, à l'heure où les petites familles aiment à se promener dans la forêt... et chacune de sortir son petit Chapon Rouge!
Ô le mignon!



Ça c'est Jean Paul...
Déjà branleur, avec plaies et bosses!






A peine étions nous rendus à l'orée(du bois) que le phénomène se fit sentir...


D'instinct d'abord, comme un pressentiment...


Juste un petit vent avait préparé...


Balayant au pied les lichens...


Renversant les ombelles...


Les parasols de plage aux pieds fragiles...


Repoussant tout le monde vers l'arrière...


Créant des vagues de sable brun...


Inventant des marées violentes à fort coefficient...




















Ce fut la fuite des faibles d'abord...

Toutes jupes en l'air et tous manteaux retroussés...


























Juste avant l'apparition de la lumière qui surprit plus d'un...




















Retournant les valeurs...

Ramenant toutes choses au sentiment commun de dépendance...







A un éternel incontournable...















Avec des morts et des blessés...











Des planqués, des mis à l'abri...













Des enfants perdus...












D'autres retrouvés...

 

















La cousine Bette et son bambin...















La famille Cépamoi et leurs voisins les Célésautes...







Mais en quel état!

Dépecés...

Dépenaillés...

Abasourdis et absurdes...






On ne sort pas de la forêt comme ça,

apprentis Zarathoustras!






























En tout cas les p'tits blancs savent rester fidèles à leurs positions:

"serrés les uns contre les autres..."












Quant aux marrons, peu exigeants, ils n'ont pas bougé d'un demi-centimètre!


___________________________________________


Punaise... on est vraiment dans le jardin de la fée...



On voit des petits nains de jardin partout...





Enfin, on voit...

Plus très clair maintenant qu'on en a bouffé le chapeau d'un...







































Ce qui n'est pas recommandé!
link


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vinosse 30/10/2008 19:50

Merchi Sophie...

Miléna: j'ai toujours fait en sorte de rester en arrière de tout le monde...
de toujours traîner les pas ...
C'est pas facile...
Les "grands" ne nous aiment pas...

Yvan: merchi aussi!

(désolé j'en ai plein la bouche!)

(Meu-non)

Chrys': 15 jours à peine les photos...

Chrys' 30/10/2008 16:18

Wouahooouu... que c'est beau! vous avez trouvé la forêt magique là!
Les photos sont magnifiques, elles ont été prises quand?

CHrys'

Yvan L. 30/10/2008 02:48

J'allais oublier: magnifique feuilleton
photo-texte.Merci.

Yvan L. 26/10/2008 23:03

Ouah l'amanite tue-mouches, un tueur!
Tu habites l'île des hallucinés et ne pourrai jamais te faire confiance ;)
Putain d'champis,tellement bons mais faut s'y connaître...

séverine 26/10/2008 20:43

...un vrai conte de petit chapeau rond rouge...
Magnifique et plein de poésie....