Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

4 août 2008 1 04 /08 /août /2008 13:01
Bouge pas mon Pétasite, bouge pas...

Redresse un peu la tête,
peut-être...


Tout ça parce qu'une bonne femme et son bébé s'est venue vautrer dans sa bagnole directement sur toi!
Et sur le toit...
Je sais pas comment ça m'est arrivé, pipeaulait-elle à Ludo qui l'aidait à se relever !!!
Insensé !
Mais comment peut-on oser dire une ânerie pareille !
Quand on tient un volant et qu'avec soi on promène un bébé, on doit savoir ce qui se passe...

(Version primaire de la bêtise...)




Personne n'ayant été blessé, hormis mon ami tapissé, jetons un regard ailleurs, à côté, plus bas...












Ah! Une centaurée !  Jolie...




Allons voir sa voisine: belle association de couleur...
Grande taille et petites fleurs...



Plus près de toi mon cœur !


Plus près, plus près, encore...

Oh! Mais que vois-je ? Un concurrent ? Un profiteur ?


Le même sur la bleue... bizarre...
Fleur de chicorée... Bout de mon pied...
J'ai trouvé !

C'est pour la layette ! Le rose pour les sauterelles filles, le bleu pour les sauterelles garçonnes !




Une construction récente:  multi-fonctionnelle et multi-habitants, multi-usages mais mauvais emplacement!



Oh! Un Ophrys !
Ben oui, faut se pencher...

On voit bien les petits labelles imitant un insecte...




Mais non, dans l'autre sens !



Ô belle Genette morte assassinée l'autre semaine, te voilà bientôt rendue à notre Terre originelle...

Que reste-t-il de toi après si peu de temps: quelques poils et quelques dents ...
Ton squelette même semble avoir disparu totalement ...

C'est que ça bouffe, des vers !



























Sont moins gourmands dès qu'il s'agit de produits de l'industrie humaine !
Question de goût peut-être...
Ou de saveur de l'aliment !




Le papier fut bien-sûr un invention formidable, les vieux papiers une source de surprises et de retrouvailles...
C'est amusant qu'on ait farfouillé dans des archives récemment et que, sans le vouloir, on les ait semées au vent...
32 ans qu'une secrétaire a tapé ça sur sa machine électrique et que le stylo rouge d'un chef comptable ai trahi une éducation à l'écriture d'une époque révolue...



























Parlant de papiers, les anciens vont vite disparaître, sauf les encres peut-être...
Mais ça ne sera pas le cas des exemples qui vont suivre, qui sont des emballages.
Là où l'on enferme l'inutile !

J'ai mis en avant celle-ci pour les couleurs des feuilles, leur éclatance qui tranche, qui contrebalance ou qui fait alliance avec la synthéthique brillance du godet ...


Voilà le florilège le plus courant de ce que les gens jettent par la portière de leur bagnole!
De la bibine des vulgaires, passant par le soda à mémère qui lui passera le mauvais goût des clopes dans la bouche...




Jusqu'au plus inutiles et résistantes: les papiers à bonbons, à sucreries, à friandises, à superflu, à n'importe quoi, et c'est pour cela qu'on les jette par la fenêtre en roulant...


En vérité c'est surtout envers eux-mêmes que les gens manquent de l'élémentaire et indispensable respect !


Quel Dimanche matin!

L'après-midi, je m'en fus rendre visite à des amis en empruntant des petits chemins comme celui-ci qui conduit à la Nationale 10. Elle très pratiquée cette assassine, savez-vous...
Et dès fois des voyageurs la quittent pour le pipi du bébé, du clébard ou de la ménagère... Pas des conducteurs, parce que ça pisse pas un conducteur ou sinon dans une bouteille en plastique quand on est chauffeur pour une compagnie internationale qui pratique l'esclavagisme routier pour que sur la table des citadins on trouve tant de beaux fruits et légumes sans goût mais pas sans poisons, comme tout ce qui vient de là-bas...
(Espagne, Maroc,etc...).

Un petit bout de route peu utilisé, un petit coin plus large pour avoir un peu d'aise, et voilà: on pisse et on largue des petits débris un peu partout !
Bouuuuu... ça disparaitra...ou alors y'aura quelqu'un qui les ramassera...

Y sont charmants ces opportuns...
Et délicats avec ça !



Tournons-nous un peu...on voit mieux.


On voit même des vaches au loin !






De bien belles vaches, ma foi ! Calmes, sereines, curieuses...    comme des vaches !




Un ange s'en vint passer...


Je m'appelle Louise, j'ai deux ans et j'habite encore chez ma maman ...


Le meilleur de toute ma journée! 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vinosse 12/09/2008 14:02

Je veux bien vous concéder l'épipactis, bien qu'en cherchant sur Google image, je n'ai rien retrouvé de semblable tandis qu'avec ophrys ce n'est pas le cas! Je n'ai pas fait ce blog pour étaler une culture, mais pour porter un regard autre sur ce qui nous entoure et avec qui l'on vit.
La fleur rose n'est en rien proche des malvacées: ses tiges sont frêles et élancées, ses feuilles longues et fines et la touffe très aérée... sans souche.

Mais bon... Je n'ai pas la prétention d'être affirmatif ni sentencieux...
Je jette un œil, c'est tout... dans un monde que je connais TRES bien, de l'intérieur, vu que j'y suis né depuis bien longtemps et y suis resté survivre contre mon gré...

Un prisonnier connait tous les grains de poussière de son cachot!

Chantal 11/09/2008 18:36

Cher Vinosse,

J'espère que vous ne m'en voudrez pas trop, mais je vais vous contredire...

Je suis absolument certaine que l'orchidée que vous avez photographiée est un Epipactis. Pour l'espèce je suis un peu moins sûre de moi car les épipactis ne sont pas toujours faciles à identifier sur le terrain, alors sur une photo... Petit détail : les épipactis sont souvent pollinisés par des guêpes qui viennent s'enivrer avec leur nectar.
En ce qui concerne la fleur rose, c'est bien une malvacée, mais pour avoir une certitude sur l'espèce, il faudrait une photo montrant plus de détails.

J'ai la manie de faire de la botanique... J'emploie le mot "manie" dans son sens ancien "égarement d'esprit, folie". Mais rassurez-vous, c'est une folie douce...

Bien sûr, il n'est absolument pas nécessaire de connaître le nom de plantes pour admirer leur beauté ! Mais nous connaissons tous le nom de nos amis. C'est pourquoi, aimant les plantes j'aime aussi connaître leur nom... Mais plus j'apprends et plus je mesure l'immensité de mon ignorance...

Vinosse 09/09/2008 16:36

Heu... On voit pas bien, mais les labelles reproduisent exactement un insecte!!!! C'est donc bien un ophris!
Je connais bien les malvacées et je ne crois pas que la "rose" en soit une!

Chantal 09/09/2008 15:34

La belle fleur rose, c'est une malvacée, probablement Malva alcea. Ou peut-être Malva moschata, il faudrait voir plus nettement le feuillage et les bractées du calicule.

Quant à l'orchidée sauvage, ce n'est pas un Ophrys mais un Epipactis. Peut-être Epipactis helleborine (le plus courant). Les Ophrys ont un labelle qui ressemble à un insecte : http://crdp2.ac-besancon.fr/flore/flore/orchid/especes/ophrys_apifera.htm
http://crdp2.ac-besancon.fr/flore/flore/orchid/especes/ophrys_insectifera.htm
http://crdp2.ac-besancon.fr/flore/flore/orchid/especes/ophrys_fuciflora.htm

christiane 11/08/2008 17:40

Quelques mots écrits pour vous pendant cette fugue verte :
"Les mots flottent autour des choses", écrit Pierre Michon (dans ce si beau livre : Vies minuscules). Quels mots flottent ici ? Je plonge dans cette profusion de vertes sèves. Cueillir une herbe, la mordiller jusqu'à sentir ce goût des choses de la terre. Un oiseau s'essaie à quelques trilles. La chatte dresse l'oreille.
Les ronciers ? Y a-t-il des ronciers au-delà de la haie ? Les branches des noisetiers tremblent . Taillis profonds, herbe bien drue. Le ciel lourd, mais sans pluie, roule de gros nuages ronds sur ces vallons offerts aux vaches paisibles et aux ânes porte-bonheur...