Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 21:38
  Comme il ne se passait plus grand chose au bord de ma route, je l'ai quittée un instant...

Au premier embranchement je me suis arrêté non parce que je me sentais perdu, mais juste que j'étais intrigué par la plante qui avait envahi un des côtés refaits, un talus en quelleque sorte, un monticule, un terre plein en hauteur aussi...

Cette plante ne m'est pas inconnue, mais je suis incapable d'en retrouver le nom...




Si l'on s'en rapproche on ne peut lui enlever une beauté et une élégance que bien d'autres n'ont pas, elle semble dénuée d'aggressivité ni même de roublardise du genre de l'ortie, par exemple...

Elle me fait penser à l'absinthe, et peut-être peut-on en tirer une liqueur forte, une décoction, une tisane...


En tous cas elle va bien dans le paysage et sa présence qui n'a rien demandé, ni plant ni graine, tombe à propos pour justifier l'utilisation par les entreprises spécialisées en "bords de routes" de la flore locale encore sauvage!

Parce que dans le genre on peut connaitre le pire comme ici:  
La ronce! L'abominable ronce qui enchaîne et qui pique!

Les deux talus ne sont pourtant séparés que de quelques mètres de goudron!



La coïncidence a voulu que si l'on se dirige de ce côté-ci, vers la Droite, le panneau ne nous indique qu'un vague lieu-dit, les ruines d'un vieux castel(le Tastet?)  ou les traces d'un ancien tombeau celte, à découvrir au milieu de taillis de ronces et autres arbustes décharnés!



Tout le contraire sur la Gauche!

D'elle même la végétation s'est prise d'harmonie et dans cette direction-là, tous les sens sont permis!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Di Brazza 26/06/2008 10:11

Toi qui aime tant "ce qui vient tout seul", ce qu'on a pas appelé : vien donc ici (http://dibrazza.viabloga.com/news/chochottes-blues-21-odilon) assister à la mort-vive d'un simple troene couronné (eh oui) de passiflore et de jasmin blanc.
"odilon" ne s'en remet pas. Moi non plus.
C'est pas de "l'auto-pub", c'est une ivitation. A boire un coup avec le vieux, avec Odilon, en silence. Parce que devant des choses comme ça y a rien à dire. Ya plus qu'à se taire. Une fois encore. Une fois en corps?

amications verdures
dB