Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 10:03
Après... Quand les arbres seront morts, dépouillés,décharnés,désossés,rendus à la terre comme des humains qui ne croyaient qu'au ciel, quelles végétations survivront sur ces décombres paysagers? Qui osera se nourrir de cette dé-composture?
   En attendant ce final grandiose qui chaque jour se répète sans nul fracas d'ailleurs, hormis celui que les branches mortes font en se détachant avant de tomber sur un sol heureusement enherbé, on suivra à la trace les épris de liberté, ces petits géraniums des petits jardins avec leur désir d'être reconnus vagabonds, d'être des "hors piste" de la plate-bande, de la rocaille ou du jardin anglais trop à la mode!




A commencer par le sanguinéum, le plus éclatant d'entre eux, mais le plus réservé aussi: faudra pas lui demander de se répandre en grandes communautés. Ce sera comme le rouge-gorge: un caractériel solitaire!






On connait les "cantabrigiense" comme Biokovo, mais je les soupçonne sédentaires...




Purpuréum pourrait faire l'affaire: il en a le type brouillon de l'état sauvage!



Mais ce n'est pas encore ça...




On a cette sorte d'endresii dépenaillé:






Je pense que c'est un mariage instantané avec un autre géranium de taille aléatoire dont je ne me souviens plus du nom... Il possède cette faculté de se croiser avec n'importe qui pour aller gambader n'importe où... Il y a peut-être du robertianum en lui, ainsi on pourrait l'appeler l'herbe à Daniel!

Ça fait pas mal avec les branches du sapin de corée, l'iris, le vieux bois...





Là, on commence à sortir du jardin, des alentours de la maison!
On vise le goudron et le bas-côté de la chaussée!




Nous voilà dans la zone contrôlée par Lotus corniculatus, le lotier corniculé...par conséquent!
(on voit d'évidence le lien entre français et latin!!!)
Adorable petite plante qui manque au catalogue des pépiniéristes spécialisés, ou à ceux des entreprises d'entretien des bords de routes. C'est un dur à cuire qui aime le sec et l'air pas pur des moteurs à combustion.
C'est un jaune sur qui on devrait savoir compter.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Daniel D 06/06/2008 20:34

Passez à la postérité de cette façon?
Je vais réfléchir!

mariita 06/06/2008 09:42

Pour l'herbe à Daniel, pourquoi pas Geranium duretianum ?

Vinosse 03/06/2008 10:25

De la poésie?

Ne vous méprenez pas chère future éditrice!

Séverine 03/06/2008 10:11

Ce blog est plein de poésie....il peut peut-être faire l'objet d'un petit recueil??.... c'est à réfléchir, je pense!!

Mo 02/06/2008 20:57

c'est beau, même l'arbre mort.
Lorsque j'ai lu l'intervention sur le blog de Sauvaitre je n'avais pas bien compris le propos mais la suite explicite tout.