Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 18:14

Je suis toujours désagréablement surpris par les postures que prennent les gens qui écrivent de la poésie dès lors qu'ils cherchent la bonne métaphore: la référence à la nature, aux arbres grands, aux feuilles qui bruissent et qui crissent, au soleil qui darde, au vent qui époussète,  à...  au... n'importe quoi! Ce sont en général gens qui n'ont jamais vécu la nature de l'intérieur, dans le noir de la solitude, dans l'épaisseur du buisson de ronces qui déchire en profondeur.
Je vais essayer ici d'en démontrer toute la néfaste splendeur, en attendant je vous invite à vous rendre sur le blog de mon ami Ramon qui vient de mettre en ligne un ancien poème, récit d'angoisses véritables... 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

christiane 05/07/2008 11:52

C'est vrai et bien dit du dit de la poésie
noir bien sûr et
caché
et secret

Guernouille de Bé 05/06/2008 08:49

Chez moi, les arbres grincent...Ca n'a rien de poétique, mais c'est vrai.

Vinosse 03/06/2008 09:50

Au n°94, dans l'amas de photos, sur l'une on distingue une petite primula acaulis!(acaulis= sans tiges, mais pas sans pétales!)
J'adore cette petite primevère, c'est même ma préférée, mais comme c'est une précoce, on prend pas le temps de la remarquer!
Sinon je connais plusieurs endroits où la trouver, fin Mars-début Avril...

mallard 03/06/2008 09:36

j'ai toujours été surpris de la diversité des fleurs et des plantes que nous pouvons rencontrer après les travaux réalisés sur les fossés ou les bordures de routes (voir travaux sur RN10)
une question me turlupine depuis très longtemps :
pourquoi en Charente nous n'arrivons pas à trouver de primevères à pétales ?
je sais qu'à côté du prix de l'essence c'est dérisoire, mais bon,c'est comme çà.

Vinosse 02/06/2008 09:49

Ce printemps, nombreux sont ceussezécelles qui font le même désespérant constat...
L'excès de pluie noie les racines...