Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 20:29

 

 

Vous vous souvenez tous d'une pub relativement récente vantant les mérites

soi-disant innoffensifs du désherbant Roundup, avec un petit chien tout

mignon et tout blanc(forcément!)venant la queue toute frémissante enterrer

dans un jardin enfin débarrassé de ses mauvaises herbes, un bon gros nonoss

avec comme sous-entendu de pouvoir un jour le déterrer et le ronger sans

devoir craindre pour sa santé!

 

( Entre nous, des gros nonoss tous blancs, y'à belle lurette que les chiots

à pédigrée qu'on vend aux couillons dans les animaleries n'en ont jamais vu

ni le bout ni l'ombre même, vu qu'ils sont systématiquement goinfrés de

croquettes de toutes les couleurs et dont l'odeur les pousse malgré eux au:

"retourne-z'y"! )

 

Tout cela vu donc comme un dernier rêve de bonheur à partager avec toute sa

famille d'adoption, petits enfants comme jeunes adultes, s'ébattant dans ce

nouvel Eden consumériste généreusement offert par les "systèmes parfaits"

que sont les circuits de la grande distribution.

 

Cette pub fut un temps attaquée en justice par des associations de

consommateurs pour tromperie, à juste titre d'ailleurs!  Je ne sais s'ils

ont gagné ou non le procès, mais s'ils l'ont perdu c'est peut-être parce

qu'ils n'étaient pas en possession de l'information que je vais vous

délivrer ci-dessous.

 

Le Roundup est la marque principale sous laquelle est commercialisé le

glyphosate.

 

_________________________________________________________________

 

Un vieux problème chez le fraisier !

 

Révélés par une analyse, des résidus de 60 ppm de Glyphosate ont été

détectés dans un échantillon de paille non utilisée.  Il existe une

formulation de Glyphosate destinée aux céréales pour aider à leur

mûrissement. Sans s'y méfier, il arrivait que cette paille était appliquée

sur les rangs d'une production de fraisiers l'automne précédent.  Des

fraisiers ont été examinés en mai dernier, faisaient suite à une longue

série d'échantillons reçus au laboratoire, pendant plusieurs années, pour

les mêmes dommages. Les jeunes feuilles du cour du plant restaient petites,

jaunâtres ou blanchâtres, difformes et les boutons floraux n'émergeaient que

difficilement. Ces symptômes persistaient sur les plants et ne s'atténuaient

que partiellement durant la saison, prédisposant même ces plants à d'autres

problèmes d'ordre secondaire. Ce résultat nous démontre qu'en hiver une

quantité suffisante de l'herbicide peut être transmise au feuillage dormant

des fraisiers.

 

Gérard Gilbert, agronome-phytopathologiste, Danielle Bernier,

agronome-malherbologiste, avec la collaboration de Christian Lacroix,

agronome

Laboratoire de diagnostic en phytoprotection, MAPAQ

20 novembre 2006

 

_______________________________________________________________

 

Je tiens cette information d'un site de référence québécois consacré aux

cultures en général et pour ici, aux petits fruits.

 

Comme quoi ce produit n'est pas si innocent que ça et qu'il laisse des

traces sous formes de résidus indissolubles capable de porter atteinte à

toute culture postérieure!

 

_____________________________________________________________

 

Autre remarque d'un tout autre ordre, anecdotique peut-être mais pas tant

que cela:    il faut être québécois, avec un sens parfait de l'anecdote et

du raccourci pour s'affubler du titre de: agronome-malherbologiste!

C'est pas en france qu'on s'oserait d'un tel néologisme!

 

Et pourtant...

 

C'est de régions comme la Saintonge que sont venus les immigrants, c'est de

cette région en particulier qu'ils détiennent leur langue et de l'approche

qu'elle leur donne des faits et de leur environnement.

Cela leur confère un "pointu" dans la parole qui nous fait, à nous petits

français, aujourd'hui lamentablement défaut!

 

Aussi je revendique pour moi d'être surtout Saintongeais plutôt que

Charentais!

 

Bien le bonsoir en attendant!

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires