Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 20:27

(AFP)

 

 

Une usine de "tranches de cadavres" ouvre ses portes au public en Allemagne

 

 

C'est une usine peu banale qui vient d'ouvrir ses portes à Guben, une

bourgade allemande proche de la frontière polonaise : on y fabriquera des

tranches de cadavres "plastinées", destinées à la recherche scientifique, et

cela sous l'oeil du public qui, moyennant finance, pourra assister à

l'opération.

 

Le concepteur de ce projet en apparence délirant est le célèbre anatomiste

allemand Gunther von Hagens, qui a bâti sa notoriété en exposant à travers

le monde, telles des sculptures, des cadavres conservés à l'aide d'une

technique de son invention, la "plastination".

 

Fort de ce succès, celui que la presse allemande a parfois surnommé "Docteur

la Mort" a inauguré jeudi son dernier "bébé" : un atelier de production de

tranches "plastinées" de cadavres (humains et animaux), découpées à la scie,

qui serviront aux chercheurs ou aux étudiants en médecine.

 

Quelque 6.000 personnes auraient déjà décidé de faire don de leur corps,

après leur mort, à ce projet, afin que leurs restes, une fois découpés en

tranches, servent à des fins d'enseignement.

 

L'originalité du projet est que l'atelier, baptisé "Plastinarium", est

également un musée. Trois jours par semaine, moyennant 12 euros, les curieux

-- l'entrée est interdite aux enfants de moins de 14 ans -- pourront

assister à toutes les étapes de la transformation des cadavres, avant

d'admirer, en fin de visite, des corps humains entiers et disséqués.

 

 

La boutique de souvenirs proposera aux touristes d'authentiques tranches de

cadavres d'animaux, mais "il est hors de question de vendre au grand public

des tranches de corps humains, c'est uniquement pour la recherche", jure M.

von Hagens.

 

L'entreprise, qui a nécessité un investissement d'un million d'euros,

emploie 42 salariés, mais pourrait embaucher à terme quelque 200 personnes:

une manne dans cette région de l'ex-RDA frappée par un chômage de masse.

Quelque 700 demandeurs d'emploi se sont ainsi portés candidats à un poste de

"préparateur de cadavres".

 

Le coeur de l'établissement, installé dans une ancienne usine textile de la

fin du 19e siècle, est un immense atelier aux murs blancs décorés de

planches anatomiques et de vieilles gravures représentant des dissections.

Les salariés, dûment gantés, s'y affairent sur les cadavres à grands

renforts de produits chimiques, de congélateurs géants et de scies

circulaires.

 

"La première fois qu'on doit traiter un cadavre, ça fait vraiment bizarre,

mais après, on s'habitue", témoigne Carola Schmidt, l'une des employées du

"Plastinarium", qui a passé cinq semaines en Chine, dans une des "filiales"

de M. von Hagens, pour se former aux techniques de traitement des corps.

 

 

Le patron de cette étonnante usine, qui pose volontiers pour les

photographes au milieu des corps transformés ou des alignements de

squelettes, espère produire chaque année "un million de tranches" humaines

et animales d'ici cinq ans, dont les plus complexes pourraient être vendues

jusqu'à 7.000 euros aux laboratoires de recherche.

 

"On dit que je gagne de l'argent avec des corps. C'est vrai, mais les

entrepreneurs de pompes funèbres aussi, et personne ne le leur reproche. De

plus, je crée des emplois", se justifie M. von Hagens, qui insiste sur le

caractère pédagogique de ses expositions.

 

Mais le "Plastinarium" ne fait pas l'unanimité à Guben. Jeudi, pour son

inauguration, une trentaine de militants d'un collectif d'opposants

brandissaient des pancartes, sur lesquelles on pouvait lire "ici on scie ta

mère et on plastine ta soeur" ou bien "dignité pour les vivants et les

morts".

 

"Ce qui se passe ici constitue une grave atteint à la dignité des défunts",

s'emporte Irene Brockes, femme pasteur de 48 ans et membre du collectif

anti-Plastinarium. "Au vu de son passé nazi, l'Allemagne a une

responsabilité particulière en matière de respect des morts, mais cette

responsabilité, M. von Hagens la foule aux pieds.

 

___________________________________________________________

 

Voyez comme on sait parler des bourins et des brutes.

 

C'est la bête en nous qui s'exprime!

 

Aller, une photo "délicate" pour illustrer un tout autre problème...

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires