Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 20:26

 

Il me semble qu'aujourd'hui nos oreilles, notre esprit, aspirent au silence!

 

Nous sommes devenus comme les travailleurs des espaces verts, obligés de

porter un casque anti-bruit!

 

Cela fait longtemps que les singes hurleurs ont quitté la forêt profonde et

se sont répandus dans la cité, dans la campagne aussi.

 

Cela fait trop longtemps que justement nos oreilles n'en peuvent de leurs

cris et s'épuisent à délivrer un message plutôt inexistant à notre esprit

resté demandeur privilégié.

 

Partout, dans tous les arts, dans tous les médias, dans tous les systèmes

organisés autour de la parole, seuls les plus bruyants se font entendre,

afin d'en tirer célébrité avant tout.

 

L'homme sincère n'a plus de repères...

 

Il existe pourtant une mine immense et bien mal explorée: celle des gens qui

parlent à voix douce, à voix basse, parce que le plus souvent ils se sont

parlés à eux-mêmes et que chacun sait qu'au sein de nous, en notre cœur et

en notre âme, il n'est nul besoin de crier pour être écouté!

 

C'est uniquement de ces gens-là que l'on a encore à d'espérer apprendre et

decouvrir:    les aventures intérieures sont difficiles à transcrire dans un

téléfilm, par contre elles sont incroyablement plus riches et marquent plus

profondément les esprits!

 

Elles sont l'essence pure de toutes les vraies littératures, de tous les

arts essentiels!

 

Pour en revenir à la métaphore simiesque, préférons les lémuriens aux singes

hurleurs!

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires