Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 20:15

 

Bonsoir!

 

Depuis certains temps je rumine l'idée qu'il y aurait quelquechose à faire

ou à dire au sujet du fameux "pouvoir d'achat"!

 

C'est un concept jamais remis en cause par les organismes syndicaux ou

politiques progressistes, comme acquis même à leur classe et comme faisant

partie des grandes causes à défendre.

 

Quand on observe ce qui se vend dans les grandes surfaces: nourriture

packagée, formatée, objets manufacturés inutiles, gadgets sans valeur

importés de chine, vêtements dépourvus de leur valeur fondamentale, tous

bons à jeter après quelques semaines d'utilisation, on comprend que le grand

commerce, le patronat et les syndicats continuent de défendre cette

idée-force du pouvoir d'achat.

 

Pour eux le consommateur doit continuer d'avoir le sentiment que c'est un

pouvoir indispensable!

 

Sans quoi, comment feraient-ils (les grandes surfaces) pour préserver leur

chiffre d'affaire?

 

Sans cela comment pourraient-ils continuer à saigner le pauvre consommateur

de ses maigres revenus?

 

S'il existe une dernière grande liberté à conquérir, c'est celle de refuser

de nous faire imposer cette irréalité que nous ne pourrions exister sans

avoir un "pouvoir d'achat" élevé...

 

Bien au contraire...

 

Pour ma part je revendique solennellement le pouvoir de "non-achat"!

 

Quitte à d'aller jusqu'à l'interdiction d'utiliser les caddies dans les

supermarchés!

 

Mais c'est un concept un peu trop "révolutionnaire"...

 

Un concept qui se heurte à l'idée que les gens se font de la liberté, celle

de se remplir le caddie, une liberté qui n'en est pas une mais qui est

intimement liée à l'impression justement de plaisir que procure le sentiment

d'avoir assez de pouvoir d'achat, un minimum même, pour repartir dans son

petit chez-soi faire le compte de toutes les merdes inutiles mais

indispensables de posséder pour la satisfaction de se sentir être

quelqu'un(ou quelqu'une) de quelque importance...

 

__________________________________________________

 

En document acompagné, une photo piquée à l'AFP, pour ne pas oublier qu'au

Liban en fait de pouvoir d'achat, il ne reste pour certains que le pouvoir

de pleurer...

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires