Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 20:13

 

Aux soirées de ce JUILLET plus chaudes que chaudes, je me trouve le moyen de

les faire paraitre moins longues en épluchant les dépêches de l'AFP qu'on

trouve sur le portail wanadoo; ainsi j'ai récupéré ces informations peu

propices à me redonner l'envie de croire qu'un jour nous pourrions vivre

dans un monde parfait, où l'humanité serait enfin exemplaire!

 

__________________________________________________________________

 

 

Air France-KLM mis en examen comme personne morale dans l'affaire Pretory.

 

 

Le groupe Air France-KLM a été mis en examen jeudi en tant que personne

morale par le juge chargé de l'instruction visant la société de sécurité

Pretory, ex-sous-traitante d'Air France avant qu'elle ne fasse faillite,

a-t-on appris auprès de l'avocat de la compagnie.

 

La compagnie aérienne est poursuivie pour "complicité d'abus de biens

sociaux et travail dissimulé", a précisé à la presse Me Jean-René Farthouat.

 

Air France a obtenu le statut de témoin assisté pour d'autres infractions

parmi lesquelles "blanchiment en bande organisée", a ajouté l'avocat après

plus de trois heures d'audition du directeur juridique représentant la

compagnie, Jean-Marc Bardy.

 

Me Farthouat a annoncé qu'il allait déposer une requête visant à annuler

cette mise en examen "qui n'est fondée sur aucun élément sérieux".

 

Mardi après-midi, le PDG du groupe, Jean-Cyril Spinetta, a été entendu comme

témoin assisté pendant plus de six heures par le magistrat financier Hervé

Lourau qui a finalement choisi de ne le pas mettre en examen.

 

Air France "est suspecté d'avoir su que la société Pretory ne respectait pas

les dispositions légales et par conséquent se créait une richesse indue", a

expliqué Me Farthouat.

 

L'enquête judiciaire ouverte en décembre 2003 fait suite notamment à un

signalement de Tracfin, la cellule de lutte contre le blanchiment d'argent,

qui avait repéré 10 millions d'euros de flux suspects venant de Pretory.

 

Par ailleurs, l'instruction porte sur le mode de rémunération du personnel

embarqué de la société de sécurité. L'essentiel des salaires aurait été payé

illégalement par des sous-traitants cachés dans des paradis fiscaux en

économisant sur les charges. Les bénéfices étaient empochés par les

dirigeants de l'entreprise.

 

Le juge Lourau s'interroge d'une part sur les conditions dans lesquelles

Pretory, inconnue dans le secteur de la sécurité, a pu décrocher un gros

contrat avec Air France et d'autre part sur la connaissance que la compagnie

aurait pu avoir des malversations.

 

En effet, après les attentats du 11 septembre 2001, Pretory avait été

chargée par Air France de fournir des gardes embarqués dans les avions à

destination des Etats-Unis.

 

La société avait vu alors son chiffre d'affaires exploser avant d'être

placée en liquidation judiciaire en décembre 2003, entraînant le

licenciement de plus de 600 salariés.

 

Les soupçons de favoritisme reposent sur les relations qui unissaient

l'ex-directeur de la sûreté d'Air France Joël Cathala, ancien haut

fonctionnaire de la police de l'air et des frontières en relation directe

avec M. Spinetta, et deux actionnaires de Pretory. M. Cathala, qui a

bénéficié d'un non lieu dans un autre dossier en 2005, n'a pas encore été

entendu par le juge Lourau.

 

Quatre personnes physiques ont déjà été mises en examen dans cette affaire

dont Jacques Gaussens, ex-PDG de Pretory et Pascal Jumel, ex-enquêteur de

police condamné à 17 ans de prison pour des braquages.

 

_________________________________________________________________

 

Affaire de blanchiment Sentier II: 138 personnes, 4 banques en

correctionnelle

 

 

Cent trente-huit personnes et quatre banques, dont la Société Générale et

son PDG Daniel Bouton, ont été renvoyées en correctionnelle dans l'affaire

de blanchiment dite "Sentier II" entre la France et Israël portant sur des

milliards d'euros.

 

Quatre banques, la Société générale, élue "banque de l'année", la Société

marseillaise de crédit, la Barclays-France et la Banque nationale du

Pakistan sont renvoyées en tant que personnes morales par la juge

d'instruction du pôle financier de Paris, Xavière Simeoni.

 

Outre M. Bouton, plusieurs cadres de ces quatre banques sont notamment

prévenus de "blanchiment aggravé" pour des faits s'étalant de 1997 à fin

2001 dans ce dossier qui fait plus de 600 tomes.

 

Le parquet de Paris a requis début juillet le renvoi de deux banques

seulement, la Société marseillaise de crédit et la Banque nationale du

Pakistan sur les huit qui avaient été mises en examen.

 

Mme Simeoni, qui a signé son ordonnance jeudi, a suivi les demandes du

parquet en ordonnant un non-lieu pour la BRED, l'American Express Bank

France, la Leumi-France et la banque libanaise Saradar mais elle a décidé le

renvoi de la Société générale et de la Barclays-France.

 

Par ailleurs, un ancien procureur adjoint au parquet de Bobigny, Jean-Louis

Voirain, qui avait passé huit mois en détention provisoire en 2003 avant

d'être révoqué, est également renvoyé devant la justice.

 

Six rabbins, dont deux sont en fuite, seront également jugés.

 

Ce dossier de blanchiment via des chèques entre la France et Israël, qui

porte sur "des milliards d'euros" selon une source proche du dossier, avait

été découvert lors de l'enquête sur l'affaire dite du Sentier, un vaste

réseau d'escroquerie dans le quartier parisien de la confection au préjudice

de banques et d'assurances au milieu des années 90.

 

Cent vingt-quatre personnes avaient été renvoyées devant la justice, parmi

lesquelles 85 ont été condamnées. On retrouve le nom de certaines d'entre

elles dans cette nouvelle affaire.

 

Au total, dans "Sentier II", 198 personnes ont été mises en examen dont 32

cadres ou dirigeants d'établissements bancaires pour tout ou partie des

infractions de "trafic d'influence, corruption passive, blanchiment aggravé

et recel de fonds provenant d'abus de biens sociaux".

 

Un vaste circuit de blanchiment permettait notamment à des commerçants ou

des particuliers français de dissimuler un "délit initial" -fraude fiscale,

abus de biens sociaux, chèques volés- en échangeant, moyennant une

commission, des chèques contre de l'argent liquide.

 

Pour permettre cette opération, les chèques étaient présentés dans des

bureaux de change en Israël, où la réglementation permet de faire endosser

un chèque contre le versement de sommes en espèces par une autre personne

que son destinataire.

 

Les chèques étaient ensuite adressés par différentes banques israéliennes, à

une "banque-correspondante" en France, telle que la Société générale.

 

Mme Simeoni, qui a mis au jour six filières distinctes de blanchiment, a

établi que les quatre banques renvoyées étaient au courant de ce système, ce

qu'elles ont toujours démenti.

 

Conclue en 2003 par la juge Isabelle Prévost-Desprez qui avait renvoyé

devant la justice les huit banques, l'instruction avait été complètement

relancée après l'annulation en juin 2004 par la cour d'appel de Paris de

l'ordonnance de la magistrate pour vice de forme.

 

Mme Simeoni, qui a hérité de l'instruction, l'a reprise depuis le début. Les

prévenus, pour la plupart sous contrôle judiciaire, encourent dix ans de

prison et de fortes amendes, jusqu'au double des sommes blanchies.

 

_____________________________________________________________

 

On peut penser que la justice pourra aller un peu plus loin que ces

informations, mais ce qu'on doit en penser surtout c'est que ces "affaires"

sont comme le sommet de l'iceberg et qu'en dessous du niveau de flottaison,

les 9/10èmes de l'abject ne seront jamais mis à jour!

 

Ce qui en conséquence n'est pas de nature à nous remonter le moral, nous les

besogneux du quotidien pour qui quelques malheureux milliers d'euros

manquant à nos chiffres mensuels, nous sont perçus comme sensation d'un

échec permanent...

 

Nous vivons un monde où la réussite n'est offerte qu'à ceux qui n'en

respectent pas les règlements !

 

A moins que ces dits règlements n'aient été édictés que pour devoir être

détournés par ceux-là même qui nous les ont imposés!

 

________________________________________________________________

 

Au moyen-âge ces questionnements-là ne se posaient pas, par contre on y

avait déjà des solutions beaucoup plus radicales:

Pour confondre son concitoyen ou l'abuser on lui faisait avaler une

décoction à base de Datura, et hop! le tour était joué!

Restait plus qu'à d'amener le "fou" au bûcher!

 

_________________________________________________________________

 

"Derrière chez moi, savez vous quoi qui n'ya?"

 

Un gros pied de Datura!(photo)

 

________________________________________________________________

 

Etre à Venise, c’est croire que l’on est à Venise.

 

Rêver de Venise, c’est être à Venise.

 

<Ramon Gomez de la Serna.>

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires