Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 10:12

 

 

 

 ROUND'UP le désherbant intelligent!

 

 

En voilà un beau slogan publicitaire qui a échappé à la sagacité du BVP!

 

Comment peut-on prétendre qu'une solution chimique possède quoique ce soit

qui puisse passer pour  de l'intelligence, la chose la plus indéfinissable

en soi!

S'il suffisait d'en concevoir la formule, je me doute que les plus fins

savants pour qui tout se résume, dans l'humain, à des réactions chimiques

plus ou moins compliquées, depuis qu'ils s'y attèlent, en auraient déjà

proposé quelques unes...

 

Même la physique quantique n'est pas en mesure aujourd'hui de répondre à

cette question fondamentale!

 

Alors donner cette qualification plutôt subliminale à un produit dont la

première des fonctions est de détruire radicalement tout le "vivant"en

matière végétale, donne à penser que l'on est là bien loin de

l'intelligence!

 

Pour moi "intelligence" veut dire "entendement" de la vie sous tous ses

aspects, approche d'une compréhension profonde de tous les "affects" qui

obligent l'humanité à se plier à un destin déroutant qui n'a que la mort

pour toute bonne fin...

 

A moins que les publicitaires auteurs de cette campagne télévisée, soient

plus avisés, plus incisifs, plus "destructeurs" que le laisse supposer le

"prime abord"et qu'ils aient en eux l'ironie primordiale chère aux seuls

poètes sincères qui abordent le monde avec le regard trouble d'une

intelligence qui voit bien au-delà du brouillard consensuel...

 

Ce dont je suis loin d'être convaincu!

 

Ici bas, à chacun son boulot!

 

__________________________________________

 

 

A la Pâques, comme tout bon campagnard, on va chercher sous les branches de

vieux cerisiers, comme sur les flancs des fossés mal entretenus, on va

essayer de récolter une petite cuisine de petits mousserons(Tricholome de la

St Jacques) rien que pour se mettre sous le nez une senteur inoubliable

capable de concéder à la vie une bonne raison de ne pas la quitter en

chemin...

 

Le simple fait d'en avoir découvert deux petits coincés entre les feuilles

aplaties  d'un géranium robertianum, vivace aléatoire mais endémique, vient

mettre un terme heureux à un odieux Lundi férié où toutes les portes nous

sont restées fermées...

 

Voir photo sur semis de petits radis roses et de cerfeuil...

 

_________________________________________

 

En lien, le site d'une cliente qu'a posé un regard sur le vivant, uniquement

grâce à la peinture à l'eau...

 

http://www.aquarelles-hovanessian.com

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires