Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 09:41

 

 

De l'info, de l'info, de l'info...

 

Du tout frais repris de la lettre d'ATTAC!

 

___________________________________________________

 

 Voici la présentation d'un ouvrage essentiel pour comprendre l'ampleur

 des  stratégies  du   moindre   prix  des  acheteurs  des  marques  et

 des   enseignes  de distribution et leurs conséquences sur l'emploi et

 les délocalisations; aussi un appel aux politiques pour une régulation

 des échanges internationaux.

 

 Même  si on peut regretter que soient peu mentionnées les conséquences

 sociales  et  environnementales  de  l'explosion  des  transports  et

 l'importance  de  la  mobilisation  de  tou-te-s pour inciter et faire

 pression  sur  les  politiques.  Les journalistes ont pourtant un rôle

 essentiel à jouer (et une responsabilité indéniable) vers une prise de

 conscience plus large des enjeux écologiques et démocratiques liés aux

 modes  de  production,  de  distribution  et  de  consommation, et les

 politiques qui les sous-tendent.

 

 Un  regret  aussi pour un regard trop rapide sur le commerce équitable

 et  la  recherche    d'alternatives,  et  la  dimension collective des

 actions des consommateurs et citoyens.

 

 Mais l'analyse et les anecdotes sur la réalité et les conséquences des

 comportements des acheteurs dans les entreprises sont remarquables.

 

 

 _______________________________________________

 

 

 

 Le grand Bazar mondial :

 

 La folle aventure de ces produits apparemment "bien de chez nous"

 de Laurence Benhamou.

 

 

 Savez-vous  que nos draps viennent du Népal, nos choux de Bruxelles...

 du  Guatemala,  nos  lunettes  et  nos  rouges  à lèvres de Chine, nos

 T-shirts  du  Bangladesh  et  nos  chaussettes de l'Inde, souvent sous

 l'étiquette  de  grandes  marques  internationales  ?  Nos produits de

 consommation  courante  sont  de  moins  en moins en chers. Pourquoi ?

 Comment  ?  Quelles en sont les conséquences. Laurence Benhamou a mené

 l'enquête qu cour même de ce système planétaire que représentent les "

 acheteurs  ".  Inconnus  du grand public, ils vont chercher aux quatre

 coins  du monde les produits au meilleur prix. Ils ne subissent pas la

 globalisation,  ce  sont  eux qui la font ! Leurs témoignages révèlent

 pour  la  première  fois les dessous de la mondialisation et décrivent

 une  planète dont la réalité quotidienne est à des années lumières des

 discours   de  nos  politiques.  Le  Grand  Bazar  mondial  fourmille

 d'anecdotes  et d'informations inédites. Sa lecture ne laissera aucune

 consommatrice  ni  aucun  consommateur  indifférente,  car  le prix de

 chaque   produit   est   le   résultat   d'une   mutation  économique

 incontrôlée... et peut-être déjà incontrôlable !

 

 Biographie de l'auteur:

 Laurence  Benhamou est journaliste économique à l'AFP, spécialiste du

 commerce et de la grande distribution.

 

 Éditeur : Bourin Editeur (septembre 15, 2005)

 Collection : Enquête

 Format : Broché - 237 pages

 ISBN : 2849410276

 19 euros

 

____________________________________________________

 

Pour mon 1er Janvier, j'ai été gâté!

 

Ma cheminée s'est emballée, s'est embrasée totalement du foyer jusqu'au

sommet du conduit de boisseaux...

L'intensité du feu était telle qu'elle s'est communiquée à la charpente de

bois...

Ce fut un pire cauchemard pour un Dimanche soir!

Heureusement que je pus m'en apercevoir à temps!

 

Le cable d'antenne de la télé ayant fondu en premier fut signal d'alerte

autant que celui du téléphone...

 

Finalement les dégâts sont légers(merci les pompiers!)et j'ai pu réparer

seul les ennuis procurés en devers mes liens médiatiques...

 

Pour la télé, ce fut assez facile, par contre pour le câble de téléphone ça

m'a pris deux jours!!!

 

Et pourquoi? Parce que tout ce qu'on trouve à d'acheter question prises de

raccordement sont toutes fabriquées en Chine!

Et que je fais le pari avec n'importe qui de l'impossibilité qu'il y a de

faire tenir les 8 fils multicolores d'un faisceau de téléphone dans le demi

millimètre qui sépare les éléments de la prise, proprement dite, de la coque

de plastique qui l'englobe...

 

C'est l'exemple parfait de la bêtise qui pousse les industriels à toujours

chercher la rentabilité là où l'excellence ou la simple fonctionnalité ne

peuvent être "prises" en compte...

 

A toujours vouloir réduire les coûts, on réduit à rien la plus sommaire des

utilités...

 

Ca en devient si ridicule, qu'on ne sait si on aura un jour les larmes pour

en pleurer...

 

Ah! Marco-Polo, tournes toi mille fois dans ta tombe et dis nous si tu

reconnais avoir bien fait d'aller voir chez Koubilaï Khan, de quoi notre

avenir de maintenant serait fait...

 

Il est si loin de la Venise rêvée, qu'on se demande pourquoi nous nous

entêtons malgré nous, à devoir le légitimer aujourd'hui...

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires