Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Journal de Vinosse
  • Le Journal de Vinosse
  • : Journal à l'humeur qui fait des vagues, comme l'océan et ses marées...
  • Contact

Octobre 1972 (écrit en)

Un soir       plus

tard que la guerre

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Cette nuit-là

pendant que       eux            dormait l'immensité perdue de

l'illusion          société bâtarde et       française

Vinosse jouait

du

pipeau

 

 

 

Vers minuit

ils        je n'entendais plus que le clapotis du        ton

sourire sur la pente élaborée de mon bonheur        maritime

pour ces étoiles

J'aurais recquis alors une peine plus douce encore

 

Et tiens       nous n'aurons plus        de peine

tiens c'est ma resplentitude que je gouache à ton nez

tiens ce seront        mille       les entendements de notre joie

 

 

Recherche

Ils ont écrit:

"Si j'étais un inconditionnel de la liberté évoquée plus haut, j'aurais sans aucun doute préféré l'océan à l'issue qui se découvrait à moi dans le regard trouble que je portais sur ces hommes ..."

  FRANZ KAFKA...     Compte rendu pour une académie.

 

______________________________________________________

       

Les penseurs selon lesquels tous les astres se meuvent de façon cyclique, ne sont pas les plus Profonds ...

Qui regarde au dedans de soi-même comme à l’intérieur d’un immense univers, qui porte en soi des Voies Lactées, sait combien sont irrégulières toutes les voies lactées ...

Elles conduisent jusqu’au fond du Chaos et du labyrinthe de l’Existence ...

 

Frédéric NIETSZCHE...  Le Gai Savoir.


______________________________________________________

 

 

Il me semble que la notion même de compréhension est en train de se transformer très profondément. Autrefois, comprendre impliquait la notion d’une transparence entre celui qui cherchait à comprendre et sa lecture, tandis que maintenant on demande plutôt à des œuvres très difficiles (et dont, par une sorte de perversion de l’intelligence, on semble souhaiter qu’elles soient très difficiles) d’agir à la manière d’un charme magique sur la conscience du lecteur. Et donc, disons que c’est une forme de mysticisme qui est en train de réapparaître dans notre société et dont je me sens moi-même très loin, et pour lequel j’éprouve une sorte de répugnance.

 

CLAUDE   LÉVY - STRAUSS.

 

____________________________________

 

Archives

Les Visités

17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 21:03

 

 

 

«Voyez Mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu l'étreinte du

soleil, et nous verrons bientôt les fruits de cet amour!

 

Chaque graine s'éveille et de même chaque animal prend vie.

 

C'est à ce mystérieux pouvoir que nous devons nous aussi notre existence ;

 

c'est pourquoi nous concédons à nos voisins, même à nos voisins animaux,

 

le même droit qu'à nous d'habiter cette terre.

 

Pourtant, écoutez-moi, vous tous, nous avons maintenant affaire à

 

une autre race, petite et faible quand nos pères l'on rencontrée

 

pour la première fois, mais aujourd'hui grande et arrogante.

 

Assez étrangement, ils ont dans l'idée de cultiver le sol mais l'amour

 

de posséder est chez eux une maladie.

 

Ces gens-là ont établi beaucoup de règles que les riches peuvent briser

 

mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et

 

les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent.

 

Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour leur propres usages

 

et se barricadent contre leurs voisins ; ils la défigurent

 

avec leurs constructions et leurs ordures.

 

Cette nation est pareille à un torrent de neige fondue qui sort

 

de son lit et détruit tout sur son passage.

 

Nous ne pouvons vivre côte à côte.»

 

Discours prononcé en 1875 par le lakota: "SITTING BULL"

 

_______________________________________

 

En document joint la photo d'une ancienne peinture composée de 3 têtes de

chefs: à gauche un Kiowa dans j'ai oublié le nom, à droite Chef Joseph, le

Nez Percé que les Yankee n'ont jamais pu vaincre et au milieu Sitting

Bull...

Dessous la Winchester dorée que les indiens nommaient la "Yellow Boy" et,

enveloppant tout ça,  comme un désir de revanche...

 

 

 

___________________________________________________

Partager cet article

Repost 0

commentaires